« Stéphane Bourgoin » à l’honneur #4 – Juin

Hello mes croq’mots !

Et voilà, encore un mois écoulé ! C’est donc le moment pour moi de vous présenter un nouvel « Auteur à l’honneur », mais avant cela un petit rappel du principe de ce RDV mensuel (pour lequel vous êtes tous invités à participer) :
L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !
De plus, je profite de cet article pour mettre en avant la chronique de Madame Lit, vous y trouverez de magnifiques articles mensuels sur des auteurs qu’elle aime et ce depuis Janvier 2017. N’hésitez pas et cliquez ici pour un accès direct à cette catégorie

stephane-bourgoin-mugshot

J’ai décidé de consacrer mon article à l’opposé de la lumière estivale et de vous plonger dans l’ombre et la noirceur d’esprits troublés qui ont commis des crimes épouvantables… Pour cela, je place sous la lumière cet auteur, Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série ! Cet auteur a déclenché chez moi, dans l’adolescence, l’envie d’en savoir plus sur l’esprit humain, sur le bon comme le plus mauvais côté de l’homme, voire l’insoutenable côté de celui-ci. Bien que, j’ai mis de côté plus tard ma lubie de vouloir être criminologue, ce fût le premier vrai métier que j’ai eu envie d’exercer et cet homme fût l’instigateur de cette vocation, ensuite abandonnée…
Stéphane Bourgoin est né en 1953 à Paris. Très tôt, il quitte l’école et part vivre aux États-Unis où il vit de petits boulots. Pas un seul instant intéressé par le monde qui sera le sien, il travaille comme homme à tout faire. Puis, le drame horrible qu’il vit se charge de lui faire prendre le tournant de sa vie… En rentrant chez lui dans l’année de ses 23 ans, il découvre sa femme découpée en morceaux. Elle a été violée puis assassinée par un serial killer qui avoue également 12 autres crimes. En quête de sens, il cherche alors à comprendre comment des hommes peuvent devenir des tueurs et grâce aux enquêteurs qui travaillent sur l’affaire de sa compagne, il rencontre ces premiers serial killers. Par la suite, il rencontrera des dizaines et des dizaines de tueurs et leurs consacrera des livres au suite des divers entretiens qu’il entretiendra avec eux. Aujourd’hui, l’un des plus grands spécialistes, il dirige une librairie spécialisée dans les romans noirs et la criminologie.
Voici maintenant les trois œuvres de sa main que je vous conseille si son univers vous intéresse, mais pour être clair, il ne s’agit pas ici de faits imaginaires mais de faits bien réels et parfois insoutenable alors âme sensible s’abstenir…

 

  • « Le livre noir des serial killers » est le premier livre que j’ai lu de l’auteur. Ce qui m’a attiré dans ce pavé de 800 pages, c’est l’aspect psychologique que l’auteur traite, c’est à dire le profil des tueurs en série. Ce livre est un véritable documentaire et un bijou dans son domaine aussi glauque et atroce soit-il. Il nous livre ses motivations pour ces recherches, nous explique avec statistiques à l’appuie ce qu’est un tueur en série qui est à différencier d’un tueur de masse ou encore fait une analyse des QI… Bref, il explose en début d’ouvrage certaines de ses recherches. Puis suite à cela, 7 tueurs en série sont présentés. Leurs enfances, leurs vies, leurs actes, l’enquête, en faite une plongée dans l’enquête et le dénouement de leurs affaires. Allant parfois jusqu’à nous présenter les conversations qu’il a eu avec eux… Certaines font froid dans le dos ! Mais cet ouvrage est loin de se complaire dans le voyeurisme, au contraire Bourgoin tel un scientifique expose les faits et cherche à comprendre les choses, ces hommes, ces monstres.
  • « Profileuse » est un peu dans le même registre sauf que dans celui-ci, l’auteur se concentre sur le métier de profiler. On suit donc les enquêtes de Micki Pistorius, première femme à exercer ce métier, connue et reconnue dans le milieu. J’ai beaucoup aimé ce livre non seulement pour la manière dont l’auteur amène les choses, mais aussi et surtout car il ôte les stéréotypes du métier que divers séries ont pu nous mettre en tête. L’auteur s’applique ici à mettre en avant ce dur et triste métier tel qu’il est et non tel que les croyances communes le pensent.
  • « L’Ogre de Santa Cruz » est le portrait du tristement célèbre, Ed Kemper. Celui-ci à tué 10 personnes dont ses grand-parents à l’âge de 14 ans et sa mère (ainsi qu’une amie à elle). Elle sera sa dernière victime juste avant qu’il se rende lui-même à la police. Homme imposant de 2m06, on lui attribue après test un QI de 145 ce qui laisse présager qu’il aurait pu ne jamais être arrêté grâce à cette intelligence. Bourgoin nous raconte son histoire, de son enfance jusqu’à son arrestation ainsi que les divers entretiens qu’il eu avec lui. Ce portrait n’est pas le seul, l’auteur en a bien sûr fait plusieurs.
Pour cet article, je fais une petite exception en ajoutant également un DVD :

dans-la-tete-d-un-tueur-en-serie-avec-stephane-bourgoin

Dans ce DVD, Stéphane Bourgoin nous présente les tueurs en série et les enquêtes sous forme d’épisodes : Donald Harvey, Tommy Lynn Sells, Ed Kemper, Ottis Toole… Photos de scènes de crime et interview des serial killers au programme, à ne pas regarder si le sang vous gêne. J’ai parfois eu du mal à le regarder, je dois l’avouer mais ce DVD reste tout de même une plongée bien plus documentée que « Faites entrer l’accusé » ou autres émissions du genre…

 

Voilà qui clôt cet article, en espérant ne pas vous avoir fait peur et peut-être vous avoir donné envie, pour ceux qui s’intéresse à l’aspect psychologique du crime. Et je vous promet que je ne suis pas folle 😀 C’est simplement une quête de compréhension de ma part et peut-être une part de voyeurisme que l’on a tous en nous… Je ne saurais vous dire ^^ En tout cas, j’attends vos participations avec impatience 🙂


Blog participant et leur chronique :

Enregistrer

Recap’ « Auteurs » à l’honneur #3 – Mai

Hello mes croq’mots !

Nous voici déjà à la fin du mois de Mai, le temps passe à une vitesse folle ! Pour vous parler un peu de moi vu que dans le dernier « Recap’ Auteur » d’Avril je vous avais parlé de mes partiels et de mes révisions, et bien j’ai eu les résultats hier de mon année et je l’ai validé ! Alors, je ne vous raconte pas l’état de soulagement et de joie dans lequel j’étais 🙂 Voila pour la petite parenthèse 😀
Place maintenant aux 3 auteurs qui ont été mis à l’honneur durant ce mois de Mai, le mien inclus :

Merci de votre participation et pour ces supers articles !!

« Stephen King » à l’honneur #3 – Mai

Re-Hello mes croq’mots !

Place à « Auteur à l’honneur » du mois de Mai, mais avant tout un petit rappel sur le principe de ce RDV mensuel auquel je vous invite tous à participer si l’envie vous en dit 🙂
L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !
De plus, je profite de cet article pour mettre en avant la chronique de Madame Lit, vous y trouverez de magnifiques articles mensuels sur des auteurs qu’elle aime et ce depuis Janvier 2017. N’hésitez pas et cliquez ici pour un accès direct à cette catégorie

064cf618-c84b-4c49-af11-c93d021b667f-2060x1236
Alors oui, il est mondialement connue, du coup on pourrait dire que je triche un peu mais comment ne pas lui dédier une chronique comme celle-ci ! Et puis, je précise aussi que j’ai déjà discuté avec des personnes ayant envie de lire un King mais ne sachant pas trop par le quel commencer… Pas étonnant au vue du nombre d’œuvres signées de sa main ! Donc, je me lance 🙂
Stephen Edwin King est né en 1947 à Portland dans l’État du Maine, on trouvera d’ailleurs beaucoup de ses livres se déroulant dans cet État. Pendant l’enfance, il était du genre solitaire et marginal car moqué par la plupart de ses camarades, ce qui le pousse à se renfermer de plus en plus dans la lecture, notamment fantastique. Dès 12 ans, il écrit de courtes histoires mais ce n’est qu’en 1974 que son premier roman « Carrie » – et pas le moins connue – est édité. Grand bonheur que l’on doit à sa femme, Tabitha King (elle aussi écrivaine), qui le pousse à le finir tandis que Stephen avait décidé de le laisser choir au fond de sa poubelle. Suite au succès de cette œuvre, l’auteur se lance dans la vie d’écrivain avec un rythme très soutenu qu’il se contraint à lui-même (environ 10 pages par jour). Aujourd’hui, King est l’auteur le plus célèbre du genre, traduit dans pas moins de 32 langues et avec plus de 35 films tirés de ses œuvres. Il a également eu recours à deux pseudonymes sous lesquels il écrivait : Richard Bachman et John Swithen.
On peut retrouver, malgré le large panel de genres maitrisés par l’auteur, des thèmes récurrents dans ses livres tels que l’enfance, le passage de l’enfance à l’adolescence, la critique de la culture américaine, l’exploration des ressenties de l’homme ainsi que la récurrence du « Don » chez un individu. Au travers de cela, il s’inscrit dans un mouvement naturaliste cherchant à expérimenter dans ses personnages les conséquences de ce qu’ils vivent ou des dons qu’ils possèdent. Un auteur qui nous embarque complètement dans son monde et nous construit des personnages plus vrais que nature, nous tirant parfois des larmes, nous faisant rire ou encore frissonner… Une chose est sûre : vous ne pouvez pas vous ennuyer !
En essayant d’être hétéroclite au niveau du style/genre des livres, voici les 3 romans de l’auteur que je vous conseille :
  • « 22/11/63 » est plutôt du genre science-fiction se mixant parfaitement à une dominante historique et parfois dystopique (Oui, oui… c’est possible ! C’est King !). Gros coup de cœur pour cette histoire lue sous le soleil et au bord de la mer, ce qui explique l’absence de chronique ! Mais, je vais y remédier prochainement car je trouve ça très dommage ! On suit dans ce livre les (mé)aventures de Jacob Epping, prof d’anglais dans le Maine (vous voyez !) qui découvre par le biais d’un « ami », Al Templeton atteint d’un cancer du poumon, un portail temporel le transportant en 1958 ! C’est donc le récit d’un voyage temporel constant (d’où la possibilité de mix entre passé et futur). En effet, Al demande à Jacob, avant sa mort, de retourner dans le passé et de sauver J.F.Kennedy afin d’empêcher la guerre du Vietnam. Une guérilla s’engage donc entre Jacob et le passé ne voulant pas être changé ainsi qu’avec les conséquences des changements opérés par Jacob. A tout cela, vous ajoutez une histoire d’amour, le paysage américain des années 60 et un solide aspect historique et …. Pouf… Ça fait des Chocapic ! Ah non, pardon, ça fait un livre dont on ne veut pas décrocher !! A lire sans modération 🙂
  • « Shining » est le premier livre que j’ai lu de King. Bien sûr, j’avais vu le film avant mais je savais aussi que l’auteur n’était pas enchanté du tout de ce scénario pourtant au top, ce qui a agrandit ma curiosité ! J’ai donc essayé de faire abstraction de mes souvenirs du film pour aborder cette lecture et j’ai été plutôt d’accord avec l’auteur : je m’explique, le film est génial mais il ne met pas en lumière ce que King veut mettre en avant, du coup, je comprends son point de vue, bien que je considère les deux excellents ! Mais revenons au livre qui est lui plutôt dans un genre fantastique/horreur, on y suit la malheureuse histoire de Danny, petit garçon d’un dizaine d’années, possédant le « Don » à savoir médium (d’où le titre), télépathie et vision des morts (un régal pour un petit bout…). Son père, Jack Torrance, ancien alcoolique et écrivain raté décroche un emploi comme concierge d’un hôtel isolé pendant l’hiver enneigé. La petite famille (père, mère, enfant) emménage donc dans cet hôtel « Overlook » incroyablement grand pour y passer l’hiver en total autarcie, celui-ci étant fermé pour la saison. Danny ressent le danger et l’histoire nous étouffe de plus en plus dans l’horreur des lieux et l’avancée de la démence du père. Mais, je n’en dis pas plus et vous laisse le plaisir et le frisson de découvrir le reste dans les pages du roman.
  • « Mr Mercedes » est un des très récents romans de l’auteur s’inscrivant lui dans le genre policier et premier volet d’une trilogie autour du flic à la retraite Bill Hodges. Un autre coup de cœur pour moi, on suit donc ce flic dépressif qui reçoit un matin une lettre écrite de la main d’un tueur dont l’affaire fut irrésolue. Affaire qui n’a eu de cesse de torturer Bill, évidemment. Mais loin de tomber dans les clichés, King nous livre une histoire trépidante et grandement ficelée. Suite à la réception de ce courrier, une belle enquête s’ouvre et l’on navigue, nous lecteurs, entre le flic et les pensées/actions du tueur. L’atmosphère étouffante d’une course contre la montre.
J’ai mis les liens vers mes chroniques (si réalisées) pour ceux qui veulent en savoir plus sur le livre !
Voici donc un panel de différents genres de l’auteur, en espérant avoir donné envie à ceux qui ne connaissent pas comme à ceux qui connaissent ! Et n’hésitez pas à participer !

Blogs participants et leur chronique :

Récap’ « Auteurs » à l’honneur #2 – Avril

Hello mes croq’mots !

Alors déjà, je suis désolée pour mon absence de deux semaines et du coup, du retard pris pour ce récap’ et pour mon « Auteur à l’honneur » de Mai ! J’étais dans mes partiels donc je vous laisse imaginer le topo : révision-insomnie-stress-épreuve écrite-rerévision-reinsomnie-restress-reépreuve écrite ! Bref, que du bonheur haha mais ceci explique cela 🙂
Revenons à nos moutons, pour ce mois d’Avril nous avons 3 auteurs qui ont été portés à l’honneur (le mien inclus) et voici le lien vers les chroniques :
Merci pour vos participations et ces merveilleuses chroniques 🙂

« Frédéric Beigbeder » à l’honneur #2 – Avril

Hello mes croq’mots !

Me revoilà avec un nouvel « Auteur à l’honneur », rendez-vous mensuel que je tente de mettre en place avec vous ! Alors n’hésitez plus et rejoignez-nous 🙂 Pour commencer, je vous rappelle le principe :
L’idée est que chaque mois, on se fasse découvrir un auteur qui nous tient à cœur. Étant tous des lecteurs d’horizons différents, cela permet aux uns et aux autres d’explorer d’autres univers qui nous tentent ! Pour participer, rien de plus simple :
  • une photo de l’auteur
  • une bref biographie de lui
  • Et enfin, deux ou trois livres que vous avez aimés et pourquoi !
Pour participer, vous n’avez plus qu’à me laisser un commentaire avec le lien vers votre article et je l’ajouterai au mien 🙂 Alors à vos claviers !
Je tiens également à mettre en avance une chronique réalisée par Madame Lit, elle y présente chaque mois des écrivains qui lui tiennent à cœur depuis Janvier 2017. Une mine d’or, n’hésitez pas et cliquez ici pour un accès direct à cette catégorie 🙂
Let’s go !

frc3a9dc3a9ric-beigbeder

Né en 1965, Frédéric Beigbeder est un personnage assez controversé, de la catégorie des auteurs et des personnes que l’on aime ou que l’on déteste. Une personnalité tranchée, provocatrice qui n’hésite pas à mettre un coup de pied dans la fourmilière, mais aussi particulièrement sensible, ses écrits résonne pour moi comme un cri de colère dans une mise à nu souvent extrême et extraordinaire par sa rareté. Parfois dérangeant ou même malsain pour certains, il n’en reste pas moins un écrivain à talent qui laisse une trace dans les esprits. Un écho de cette société individualiste,  malade et vide de sens pour beaucoup – riches ou pauvres, moches ou beaux, petits ou grands, minces ou gros.
Grand fêtard évidemment à ses heures perdus, il est également chroniqueur littéraire et mondain dans ces débuts (Euh… ou peut-être chroniqueur à ses heures perdus et grand fêtard dés le début… Qu’en sait-on?… Mais c’est un détail). Il écrit son premier roman en 1990 « Mémoire d’un jeune homme dérangé » et sera par la suite embauché comme rédacteur/concepteur dans une agence de pub. Ce qui nous vaudra, le magnifique « 99 Francs » et sa suite plus récente « L’idéal » (2016). Il crée un prix appelé « Le Prix de flore » en 1994 qui récompense chaque année un jeune auteur. La récompense ? 6000 Euros et le droit de se faire servir chaque jour pendant un an du « Pouilly-fuissé » au « Café Flore », comble de superficialité le verre est gravé au nom du lauréat. Un prix qui lui ressemble bien.
Aujourd’hui, il est écrivain, animateur télé, réalisateur, critique littéraire au « Figaro Magazine », rédacteur en chef du magazine « Lui » et certainement toujours aussi fêtard. Bah oui quoi… Pourquoi changer une équipe qui gagne ?
Les trois livres que je vous recommande sont (pour n’en citer que trois) :
  • « L’amour dure trois ans » est le premier livre que j’ai lu de lui. Roman d’inspiration auto-biographique (comme beaucoup de sa main), on y suit les déboires amoureux de Marc Marronnier avec ironie, désillusion et une certaine fatalité. Un roman d’amour moderne qui dresse le portrait des relations humaines telles qu’elles sont aujourd’hui et non plus comme elles ont pu l’être pour nos grands-parents. On voit l’amour naître, puis le mariage, la séparation et ensuite la rencontre avec une autre personne, bien sûr on échappe pas à la vie mondaine, au sexe et à la superficialité. J’ai adoré ce livre, parfois cruel mais diaboliquement véridique.
  • « Un roman français » à été un coup de cœur pour moi. C’est encore une semi-auto-biographie qui mélange drogue, fête, prison et retour à l’enfance. L’auteur dit de ce roman : « C’est le premier livre que j’aurai du écrire » et je suis d’accord avec lui, je dirais même que c’est le premier livre à lire de lui. On y trouve toujours un cynisme délicieux et un regard objectif des évènements, mais ce qu’il y a de différent ici, c’est que l’auteur se livre presque totalement. Une part de ce masque du dandy qui s’en fout à craqué et laisse percevoir autre chose. Je me suis souvent retrouvée dans ses lignes lorsqu’il revient sur son enfance et forcément, cela à du jouer dans mon coup de cœur… En bref, pour le petit résumé, après avoir sniffé une ligne de coke sur un capot de voiture, il se fait embarquer et sa garde à vue lui permettra d’explorer son enfance qu’il avait occulté. Une sorte de thérapie à livre ouvert.
  • « Windows on the World » est d’un autre genre, c’est pour cela que j’ai choisi de le mettre dans le top 3. C’est un roman, ce qui est assez rare dans les écrits de l’auteur. Mais un sacré crochet du droit. Roman au nom éponyme du restaurant situé au dernier étage du World Trade Center, on y suit les derniers instants des personnes ayant vécus le 11 septembre 2001. Le personnage central étant un père accompagné de ses deux enfants. Je vous laisse imaginer la suite. C’est un roman tragique mais finalement une belle façon de rendre hommage aux victimes. Un roman qui malheureusement, dans notre société actuelle, ne laissera personne indifférent.
J’ai mis les liens vers mes chroniques (si réalisées) pour ceux qui veulent en savoir plus sur le livre !
Voilà pour mon « auteur à l’honneur » du mois d’avril, j’espère qu’il vous aura plu ou même donné envie. J’attends vos participations avec impatience 🙂

Blog participant et leur chronique :

Récap’ « Auteurs » à l’honneur #1 – Mars

Salut mes croq’mots !

Déjà l’heure du récap pour le RDV « Auteurs » à l’honneur du mois de Mars (bon en même temps, je l’ai mis en place assez tard dans le mois !). Je remercie les participants du mois et attends avec impatience vos participations pour le mois prochain pour ceux et celles qui le veulent 🙂
Pour ce mois, nous avons donc 3 auteurs qui ont été mis à l’honneur, le mien inclus, voici les liens vers toutes ces belles chroniques :
Encore merci pour vos participations ! L’auteur à l’honneur du mois d’avril arrivera très prochainement ! A bientôt 😉

« Auteurs » à l’honneur #1 (nouveau RDV)

Hello mes croq’mots !

Alors, alors… Voyant tous les partages que l’on effectue au fil de nos blogs, à travers nos chroniques mais aussi à travers les rendez-vous crées par plusieurs d’entre nous, il m’est venue une idée qui j’espère vous plaira ! Car ce qui est génial avec la blogosphère, c’est que l’on a tous des univers différents, cela nous permet de découvrir des livres et de nous faire sortir de notre zone de confort livresque, avec souvent à la clé de belles découvertes !
Du coup, je me suis dit : « pourquoi ne pas pousser le partage un peu plus loin niveau conseils ? » car je pense que vous serez d’accord, dans nos articles, on parle de nos livres lus : coups de cœur, déception ou autres mais on ne parle que peu des auteurs en eux-même, sauf à travers la présentation de leur livre !
Voici donc l’idée (j’y viens enfin… Quelle bavarde !) : Et si une fois par mois, on dédiait un article appelé « (Nom de l’auteur) à l’honneur » à un de nos auteurs chouchous qui selon nous mérite d’être lu par nos copinautes ? Vous voyez le topo ? Photo de l’auteur, bref aperçu biographique, description de son genre, deux ou trois livres de lui qui nous ont marqués et surtout pourquoi il nous fait voyager ! Cela permettrai une autre approche du conseil et donc, pour celles et ceux qui veulent découvrir des auteurs, d’avoir juste à piocher dans nos blogs 🙂
Dans l’organisation, il suffirait pour chaque article de faire un bref résumé du principe du rendez-vous, comme pour le « C’est Lundi, Que Lisez-vous ? » de Galleane (qui m’a complètement inspiré dans le fonctionnement), un renvoi vers mon blog et il ne vous restera plus qu’a me mettre le lien vers votre chronique en commentaire ! Bref même fonctionnement, tout pareil que le « C’est Lundi » qui est très bien organisé et permet de se rendre facilement sur chacun des blogs participants 🙂 Pour ma part, je le ferai en début de mois et ensuite libre à vous de mettre votre chronique quand vous voulez (je mettrai à jour régulièrement vos noms et liens vers vos articles au cours du mois) !

Qu’en pensez-vous ?


En bonne élève que je suis, je vais me lancer pour ce mois avec un auteur fort connu mais qui me tient à cœur !
C’est donc l’heure du « Eric-Emmanuel SCHMITT à l’honneur » !

s__2_f542f4e53c5ccd1d67012517699a2bb6eric-emmanuel_schmitt

Né en 1960, Eric-Emmanuel SCHMITT est un homme aux multiples facettes : dramaturge à succès dans un premier temps, il devient même le directeur artistique d’un théâtre à Paris (pour ceux que cela intéresse, voici le lien du théâtre ici), auteur de romans et de nouvelles empreints de poésie et de leçon de vie, il est aussi amoureux de la musique et signe la traduction française des « Noces de Figaro » et de « Don Giovanni » et dernièrement il signe sa première BD chez Dupuis. En bref, un artiste  reconnu pour ses talents qui est également membre du jury du Prix Goncourt !
Cet auteur aborde toujours dans ces romans ou nouvelles soit des thèmes forts, soit la spiritualité et quelque soit l’histoire, je suis toujours ressorti grandi de la lecture de ses livres. C’est beau, profond, poétique, parfois chaotique mais il y a toujours de l’espoir dans ses lignes et on se laisse porter par nos émotions au gré de sa plume. J’ai été touché, plus d’une fois au bord des larmes selon le sujet, parfois en colère, ou le cœur rempli de joie mais il m’a toujours poussé à la réflexion et souvent sur des thèmes qui ne viendrait pas seul à l’esprit… Si vous voulez lire un livre qui vous marquera de X manière que ce soit, à coup sûr un roman signé SCHMITT sera celui-là !
Les trois livres que je vous recommande de lui sont :
« La part de l’autre » est le premier livre que j’ai lu de lui mais aussi le premier livre que j’ai chroniqué sur ce blog. Il nous plonge dans l’esprit monstrueux d’Hitler de façon objective, en jonglant entre Hitler, monstre que nous connaissons, et Adolf, l’homme qu’Hitler aurait peut-être pu devenir s’il avait été reçu aux Beaux-Arts. Ce roman est poignant et psychologiquement très intéressant, aucunement voyeuriste, l’auteur s’attache ici à comment l’homme est devenu ce monstre et non aux faits de guerre, même si évidemment des liens historiques sont présents.
« L’Évangile selon Pilate » est d’une beauté renversante, c’est un ballet entre la vie du Christ, Yéchoua, et son pseudo bourreau, Pilate. Alors bien sûr, l’angle par lequel on les voit nous les fait découvrir différemment, sous un angle humain dans le contexte historico-théologique de l’époque… Ne pensez pas aux clichés que peut renvoyer le titre, aucune propagande chrétienne, juste un message d’amour et une tentative de compréhension des faits.
Pour finir, « Ulysse from Bagdad » : histoire déstabilisante, profondément triste, atroce et sans pitié, encore plus cruelle car réelle. Saad est irakien. Saad veut quitter Bagdad. Saad veut survivre. Saad n’a pas le choix. Saad doit quitter son pays, sa patrie, sa famille pour la liberté. Pour l’Europe.  On suit son voyage… Si triste et pourtant si rempli d’espoir !
J’ai mis les liens vers mes chroniques (si réalisées) pour ceux qui veulent en savoir plus sur le livre !

Venez nombreux 🙂


Blogs participants et liens vers leur chronique :