L’homme qui mangeait la mort – Borislav Pekić

Découverte Fac – Éditions AgonE – Prix 12,00 €

51njggscs2l._sx195_

De sa main droite, Popier enregistrait les condamnations, de la gauche, il arrachait de petits morceaux de celle qu’il avait volée, les portait à sa bouche en faisant attention à ce qu’on ne le voie pas et les avalait après les avoir humectés sous sa langue. Puis sa main se glissait à nouveau sous son vêtement, à la recherche d’une autre bouchée. C’est ainsi que Jean-Louis Popier, greffier du tribunal institué par la grande Révolution française, mangea sa deuxième mort. C’était la première qu’il mangeait intentionnellement. Le papier était moins fade que celui de la nuit passée, l’encre ne lui donnait plus la nausée. Les deux matières avaient désormais le goût sucré de sa volonté. L’individu évoqué ici sous le nom de  » l’homme qui mangeait la mort  » fait partie de la multitude des petites gens dont les manuels parlent peu. Si les historiens de métier voient là une raison de s’en détourner pour se consacrer à ses contemporains plus illustres tels que Danton, Robespierre et Marat, cela ne saura qu’inciter davantage les écrivains, ces profanateurs de tombeaux, à tenter de la sauver de l’oubli.

Histoire & Fiction

L’auteur nous entraîne en plein coeur des rouages de la Terreur en nous propulsant derrière l’épaule de Jean-Louis Popier, greffier au Tribunal révolutionnaire. Cette nouvelle relate l’état de tension et de peur d’une époque sombre et carnassière. On se sent étouffer sous les nombreux condamnés et prêt à se cacher pour sauver notre tête. Notre Révolution française écrite par un serbo-croate se veut cruelle et impassible face à la mort, mais aussi romanesque…
En effet, Pekić nous propose de partir de l’idée que ce héros caché de Popier – voleur et mangeur de condamnation – a existé. Il fait donc vivre à travers son personnage, une légende orale ; sans oublier de se gausser un peu des hagiographes et autres enquêteurs de l’histoire pas toujours neutres. Ainsi, ce héros de l’ombre prend vie et on entre dans cette mise en scène entre fiction, fable et vérité sans parachute et en en dévorant les pages. 

Humanité & Hasard  

Notre Popier est un héros de l’ombre. Spécimen d’un groupe de rebelle charitable prêt à se mettre en péril pour sauver des vies de la machine révolutionnaire qui s’emballe, il se construit sous nos yeux  cet homme qui se veut être une possibilité de ces légendes de sauveurs parmi les greffiers et autres personnels du Tribunal – de la mort. Ainsi, Popier part – un jour pas fait comme un autre – avec une condamnation. Transi de peur lors de la découverte de sa faute, il décide de manger la condamnation pour s’éviter de très graves problèmes. C’est, par cette heureux hasard, que Popier va commencer sa révolte et ses sauvetages quotidiens. 
Le héros fait donc preuve d’une humanité dangereuse pour lui-même et dirigée par le hasard. Non seulement, il découvre le pouvoir entre ses mains par hasard, mais ensuite sauvera des condamnés par hasard… Vous le devinez : des cas de conscience – que je vous laisse découvrir – se présenteront à notre bon Popier ! Cette légende est d’une beauté attendrissante par sa simplicité et son envie de bien faire. J’ai été chamboulé par la bonté de cette âme qui se questionne encore malgré son action en oeuvre et se torture de ne pas pouvoir faire mieux, ou plus. 

En une phrase…

Cette nouvelle très courte – à peine 70 pages – fait du lecteur un dévoreur de livre sans remords ; à l’instar de notre Popier narré, dévoreur de condamnation sans regrets.  10/10 !

5 réflexions sur “L’homme qui mangeait la mort – Borislav Pekić

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s