« Fucking Business » de Do Raze

Fucking Business_montage_2.indd


Résumé :

Bleu tue pour une organisation secrète qui a pour seul objectif de maintenir son pouvoir sur le monde. Trop talentueuses, trop avant-gardistes, trop dangereuses pour l’oligarchie, les victimes sont sacrifiées sur l’autel du capitalisme. Bleu est ce qu’on appelle un tueur à gage corporate.
Mais alors qu’il se prépare à éliminer sa trente-cinquième victime, son monde si bien organisé se met à vaciller.
Avec la puissance que seul un polar d’anticipation peut offrir, Do Raze livre une vision effroyablement pertinente sur notre monde et la fracture générationnelle que nous sommes en train de vivre.

Mon avis : ♥♥♥♥

Dans un premier temps, je remercie Agnès Chalnot et HC Editions pour l’envoi de ce service-presse. Un roman que je suis ravie d’avoir découvert et sur lequel je n’aurais pas nécessairement arrêté mon choix dans le commerce 🙂 De plus, je tiens à présenter mes excuses pour le retard de la chronique – comme vous le savez, les examens ainsi que le stress qui en découle m’ont dans un premier temps laissé peu de temps, puis après coup, un besoin d’éloignement de tout ce qui était lié à la lecture… Repos intellectuel oblige !
Mais revenons à notre roman… Voici une brillante vision de la société décadente qui est la nôtre, et surtout une belle analyse d’un des éléments déclencheurs de cela : notre cher – ou plutôt cher à nos politiciens – et tristement célèbre CAPITALISME ! Fucking Business donc ! On suit Bleu, tueur corporate, dont le métier est de tuer physiquement, psychologiquement ou socialement des personnes devenant gênantes car trop brillantes. Un triste réalisme nous arrive en pleine tronche. A travers Bleu, on suit également sa Shadow, petite tueuse en herbe qui apprend le métier. Un métier qui paye, un métier dont Bleu et Shadow semblent ravi… jusqu’à ce contrat. Un contrat qui fait tout basculer !
J’ai aimé l’univers mis en place par l’auteur, son air de ne pas y toucher alors que ce roman est profondément politique. Un cri contre le capitalisme et ses fonctionnements qui gangrènent les esprits et les valeurs humaines laissant apparaître une société orgueilleuse, envieuse et cruelle. Les personnages sont rock’n’roll, surtout la petite killeuse pas si petite que cela ! On se plait ainsi à les suivre et à en apprendre plus sur eux, un véritable plaisir qui s’accompagne de l’envie de connaître le dénouement de cette sale affaire dans laquelle est Bleu. En clair, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman !
Néanmoins, j’ajoute qu’à certains moments j’ai trouvé un essoufflement dans l’intrigue mais je laisse cela tout de même un peu en suspens au vue de mon besoin de souffler qui a surement joué dans cette sensation. Je ne développerais donc pas ce point plus que cela 🙂
Publicités

« La servante écarlate » de Margaret Atwood

41o8x2mz2bdl-_sx195_


Résumé :

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Voilà une lecture qui me tardait de commencer : entre chroniques retentissantes d’éloges, mise en avant de la série, bordereau accrocheur et mise en perspective du roman comme classique incontournable allant même jusqu’au parallèle avec 1984. Bien sûr que l’on a envie ! Bien sûr que l’on se lance bourré d’attentes !
Et là, je pense que vous voyez où je veux en venir… J’ai été déçu. Nullement par l’écriture elle-même ou l’histoire mais par une ribambelle de détails qui au final deviennent de véritables arguments et m’ont laissé perplexe, voire colère, en refermant le livre [vous voyez le : « tout ça pour ça ?! »] Néanmoins, je vais quand même commencer cette chronique avec le positif car il y en a, évidemment !
On suit Defred dans un monde où les femmes devenues objets sont : pour certaines utilisées comme mères porteuses et ballottées de foyers en foyers au rythme des contrats qui se présentent ; et pour d’autres, épouses devant regarder leur mari faire un enfant à une autre. Rentabilisation des naissances et hiérarchisation ainsi qu’attribution des devoirs conjugaux. Le sexe rangé comme moralement abject et devant être réalisé sans plaisir par le bas de l’échelle, la cuisine par d’autres et l’épouse, au plus haut, n’ayant que la possibilité d’être une épouse… A savoir, ne rien faire de spécial et regarder le temps passer dans l’attente qu’une servante écarlate donne naissance à l’enfant qui deviendra le sien. Triste monde en somme, mais brillante idée de dystopie !
De plus, l’auteur nous offre une écriture fluide et rythmée très agréable. Donc comme je vous le disais histoire OK et écriture OK. Mais alors où est le problème me direz-vous ? Et bien, là où le bât blesse c’est dans le point de vue adopté par l’auteur, la mise en perspective de l’action. Bien sûr ceci est très subjectif. Mais pour ma part, j’ai trouvé que l’adoption d’une introspection comme point de départ et de déroulement de l’intrigue est dommageable pour l’histoire, d’autant plus qu’il s’agit d’une dystopie. Ainsi, on suit magnifiquement bien les ressentis et l’enfermement vécus par Defred, de ce côté rien à redire, c’est poignant ; en revanche, le monde dystopique autour ne prend jamais vraiment de substance… Il reste une idée vague autour du personnage sans jamais vraiment nous sauter aux yeux de manière réelle et c’est cela qui m’a particulièrement gênée, car j’attendais beaucoup plus venant d’une dystopie dont le premier objectif est tout de même une description d’un monde fictionnel sombre…
J’en viens donc ici au parallèle fait avec 1984 d’Orwell que je trouve dénaturé. Cette brillante dystopie n’a absolument pas le même fonctionnement dans le choix narratif ainsi qu’au niveau de sa position politique. Si La servante écarlate est un manifeste du féminisme se battant pour les libertés des femmes en pointant du doigts les dérives possibles et en mettant en scène quasiment que des personnages féminins ; a contrario 1984 pointe du doigt le totalitarisme dans son excès soulignant ainsi l’atmosphère d’après-guerre ainsi que la vision obscure de l’avenir après le carnage subit et l’ombre de la guerre froide. Mais surtout, 1984 joue son rôle dystopique à souhait, n’utilisant Winston – son personnage principal – que comme fil conducteur pour parler du monde qui l’entoure qui d’ailleurs dans sa personnification en Big Brother écrase tout sur son passage. L’un est ainsi une vrai dystopie avec un monde sombre et étouffant qui se peint à chaque page de plus en plus, l’autre n’en fait qu’une vague illusion… Malheureusement !
Enfin, pour revenir sur le « tout ça pour ça ?! » ainsi que l’introspection, j’en ressors avec une vrai peinture de la détresse de Defred, poignante et saisissante. En revanche, j’ai trouvé l’histoire de l’héroïne légère dans son évolution de rébellion et son passé simplement effleuré. En clair, selon moi, l’auteure est restée à la surface concernant le passé, le présent et le futur de Defred mais a mis un point d’honneur à décrire les méandres de son âme et de sa solitude. Bien que j’aime l’exercice et la plume… Pour moi, ce n’est pas suffisant !!

« Les Bûchers d’Isabelle la Catholique » de Didier Nebot

cvt_les-buchers-disabelle-la-catholique_590


Résumé : 

À travers l’histoire d’une pierre sacrée provenant du Temple de Jérusalem que se transmet de générations en génération la famille Tobias, ce livre relate les épreuves et les souffrances de cette famille juive en Espagne au siècle d’Isabelle la Catholique, jusqu’à son expulsion en 1492 vers le Maghreb.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Me voilà bien perplexe au sortir de cette lecture ! Si j’ai aimé suivre la famille Tobias sur plusieurs générations, j’ai été complètement déçu des derniers chapitres de ce roman et révolté par les deux derniers, ainsi que par le manque de rigueur dans la relecture avant impression de ces pages !
Pour être plus précise, j’ai réellement apprécié la retranscription historique romantisée à travers l’évolution de cette famille juive. C’est un fait que je ne peux pas retirer à l’auteur ! J’étais même encline à mettre une super appréciation à cette lecture car j’ai aimé sa plume à ce niveau…
Mais, Mais, Mais… Bien que l’on apprenne de nombreuses choses sur les mœurs juives d’un point de vue social et religieux ainsi que sur les nombreux massacres qu’ils ont subi, je trouve que le roman manque cruellement d’informations sur le plan politique – à l’exception des derniers chapitres avec l’arrivée d’Isabelle l’Infante (page 365) au pouvoir où là l’auteur nous accable de détails. La vision globale laisse donc le ressenti d’un auteur qui peine à se placer entre le roman et le roman « trop » historique ou essai historique comme l’a souligné le blog Topobiblioteca dans sa chronique de l’ouvrage. A cette ambivalence, vient s’ajouter les trop nombreuses fautes et inversions de mots qui à force rendent la lecture peu « professionnelle ».
Enfin, venons-en au dernier point qui a achevé mon avis et ma note. Les deux derniers chapitres nous renvoient en 2016 où l’on suit un descendant de la famille Tobias. Plusieurs passages de ces chapitres m’ont dérangés, voire révoltés par les propos tenus. Sans trop entrer dans les détails pour ne pas spoiler, j’ai trouvé culotter et même malhonnête de décrire les souffrances d’un peuple pour ensuite mettre les pieds dans le plat concernant le conflit israélo-palestinien. Je trouve dommage que l’auteur mette tant de cœur à témoigner pour rendre l’honneur légitime à ces familles qui ont souffert et en vienne ensuite à presque résumer un conflit qui dure depuis plus de 50 ans en deux chapitres. Ceci n’est aucunement une prise de partie, mon blog n’est pas là pour cela ! Mais je ne peux pas rester insensible à mon ressenti et je pense que ces deux derniers chapitres sont inutiles à l’histoire, d’une analyse grossière et surfaite de la situation, ainsi que limite-limite sur les propos tenus vis-à-vis de la communauté musulmane, voire même potentiellement dangereux dans un contexte sensible qui est le nôtre actuellement !
Je remercie néanmoins Babelio et l’édition Erickbonnier pour l’envoi de cet ouvrage et j’espère que mes propos ne seront ni déformés ni mal interprétés car ils sont tous accompagnés d’un profond respect et d’une envie d’amour, de paix et de fin de scission entre les Hommes !

 

« Au-revoir là-haut » de Pierre Lemaitre


Résumé : 

1918. Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard, deux amis liés par le sort; comprennent que la France, si elle glorifie ses morts, ne donne pas de place aux survivants. Condamnés à l’exclusion, ils imaginent alors une arnaque d’envergure nationale, d’une audace inouïe et d’un cynisme absolu.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Me voilà réconciliée et même complètement disposée à l’égard de Pierre Lemaitre grâce à cette oeuvre ! J’étais au départ sceptique n’ayant que peu appréciée « Trois jours et une vie » de l’auteur et titillée par la peur de la déception avec tout le foin que ce livre a reçu, mais il faut dire quand même que ce roman a de bons arguments pour se laisser convaincre ! De mon côté, ce n’est pas le Prix Goncourt qui m’a attiré mais pour commencer la période vue sous un autre angle, puis vos chroniques toutes plus belles les unes que les autres et enfin… la réalisation du film par Dupontel ! Au final, je viens avec cette chronique vous parler d’un coup de cœur qui m’a tiré les larmes, une tragédie coup de poing profondément humaine sur une période inhumaine. Un roman qui ne laisse rien au hasard et qui pourrait être le support d’une analyse poussée en littérature…
« Je te donne rendez-vous au ciel où j’espère que Dieu nous réunira. Au revoir là-haut, ma chère épouse… » Derniers mots écrits par Jean Blanchard, le 4 décembre 1914.
On suit deux protagonistes « centraux », Albert et Edouard, rescapés de guerre, du moins dans la forme… Car bien que le livre commence à la fin de la guerre et nous les présentes comme deux soldats qui ont survécus, ils restent deux écorchés de guerre marqués par celle-ci. La guerre est une ombre fantomatique qui poursuit les personnages et malgré l’armistice signé elle ne semble jamais finie, elle plane dans leurs vies marquées au fer dans leurs corps et leurs esprits comme une dépossession de soi. Pour l’un physiquement, Edouard qui a perdu la moitié de son visage en sauvant Albert, et pour Albert psychologiquement, sursautant à chaque bruit. Une vie donc qui se poursuit, mais sur les décombres que la guerre a laissé.
Autour d’eux viennent d’autres personnages tout aussi importants, le père d’Edouard, Mr Péricourt, riche et très haut placé ainsi que le lieutenant Pradelle, une sombre ordure qui réussi en piétinant les autres (je ne peux pas en dire plus…!). Deux personnages qui ont presque autant de place que nos deux héros et qui représentent disons le côté obscur : le mal, l’injustice et la luxure. Si pour le premier, la rédemption se fait sentir, l’autre restera une figure maléfique durant tout le roman. On se plait à le haïr de pages en pages, souhaitant toujours un peu plus sa déchéance. Face eux, deux autres figures apparaissent, comme leurs doubles bénéfiques, la sœur d’Edouard, Madeleine, et une bonne travaillant pour Mr Péricourt, Pauline, incarnation de l’ange dans sa douceur et sa pureté. Si je parais tant insister sur les notions bibliques, ce n’est pas anodin. En effet, j’ai vraiment ressentie à plusieurs passages du livre la référence à Dieu, au Paradis et à l’Enfer, cela dans la personnalité des personnages qui entourent Albert et Edouard ; dans la Maison Péricourt prenant tout l’espace, immense et représentant la Maison paternelle, la Maison du Père ; ou bien directement dans le champs lexical du roman tel que la phrase écrite plus haut par un soldat faisant référence à Dieu et ouvrant l’ouvrage, ou encore dans des passages précis. Mais encore une fois, je ne peux pas trop en dire, j’arrête donc l’analyse ici. Quoiqu’il en soit ou « ainsi soit-il », la moralité dans ce livre est la pierre angulaire et nos deux héros sont au milieu combattant leur propre moralité dans un monde totalement immoral, ce sera d’ailleurs le combat principal d’Albert durant tout le livre.
L’arnaque, quant à elle, n’est que secondaire. Elle sert seulement à alimenter l’histoire, qui cherche plutôt à analyser les mouvements du cœur humain dans l’après-guerre. Une analyse bouleversante de la société, de la désolation laissée par la guerre dans le cœur des hommes mais aussi dans leurs rapports aux autres. Cette guerre qui n’en finit pas malgré l’armistice et qui laisse sa trace. Pierre Lemaitre analyse donc la manière de chacun de tenter de dépasser la guerre (souvent en vain), d’avancer sur ce champs de cadavres Patriotiques. Mais également l’analyse d’un gouvernement tyran qui a envoyé SES « enfants » à la guerre et n’a que peu d’estime sur SES sacrifices, ne sachant que faire de tous SES morts, malgré l’apparat déployé. Un gouvernement qui fait semblant de s’intéresser, de glorifier SES morts par des monuments mais laissant SES rescapés à l’abandon peut-être pour écarter SES témoins gênants. Voilà, un autre aspect intéressant de ce roman : l’être et le paraître en maître-mots surplombant la désolation humaine et sociétale.
On retrouve d’ailleurs cela à travers Edouard qui quotidiennement se crée des masques pour recouvrir son visage meurtri par la guerre. Pour couvrir sa perte d’identité avec la perte de son visage comme les soldats morts sans nom qui eux ne retrouveront jamais leur identité. Des masques comme une possibilité de se réécrire, de se transformer en ce que l’on veut être… Du moins, en apparence ! Et une arnaque montée en tant que revanche sur la guerre dirigée vers l’Etat mais pas seulement car sans trop vous en dire la relation au père est également très importante dans cette histoire… 
Ce roman n’est pas seulement un roman, à la manière des premiers romans d’analyse du XVIIème, Pierre Lemaitre a su nous plonger dans une période assez éloignée pour être glorifier mais aussi assez proche pour être imprégnée en nous comme vraisemblable mêlant ainsi fiction et véracité avec brio. Une magnifique oeuvre contemporaine qui attire notre attention sur la guerre comme autre chose que des poilus dans des tranchées combattant les méchants Boches. Une vision élargie de ce que nous apprend le secondaire à travers nos livres d’histoire et nos monuments aux morts implantés  partout en France. Pour finir, je vous dirais seulement : lisez-le ! Et j’ai vraiment hâte de voir l’adaptation de Dupontel qui j’en suis sûre a su retranscrire magnifiquement grâce à son style le cynisme et la fatalité de cette histoire.

coup-de-coeur

Post-scriptum : Quel magnifique titre rendant hommage et honneur à ce soldat mort au front et écrivant pour la dernière fois à sa femme. Pour tout vous dire, rien que la découverte de ce titre et du pourquoi à l’entrée du roman m’a bouleversé. Je le trouve empli de poésie et d’amour. Un superbe adieu renfermant l’espoir de se revoir…

« Underground Railroad » de Colson Whitehead

9782226393197-x


Résumé : 

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord. De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le « misérable cœur palpitant » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté. L’une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l’« Underground Railroad », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme.
À la fois récit d’un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l’Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une œuvre politique aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

Mon avis : ♥♥♥♥

Comme beaucoup, je me suis laissé tenter pour la rentrée littéraire de septembre par ce prix Pulitzer dont j’ai énormément entendu parler. L’appel de la renommée et le thème m’avait tout deux convaincue. En me jetant dans la lecture, j’étais donc en attente de beaucoup, trop peut-être…
On suit Cora, une jeune fille noire esclave sur un champs de coton. Abonnée par sa mère à son plus jeune âge, elle nous raconte la dure réalité de son quotidien sur la plantation. Puis le soir où Caesar l’aborde pour lui parler d’une folle idée d’évasion. Suite à cela, les événements s’enchaînent plus ou moins et l’on suit leur épopée en Amérique. De perte d’identité à nécessité de fuir, l’horreur de leur condition grandit au fil des pages et nous fait vivre à travers elle la violence de l’esclavage et le sadisme blanc de l’époque. Ce texte résonne donc comme un témoignage coup de poing grâce à la plume de l’auteur qui sait avec brio retranscrire la rage et la violence des faits.
Dans un pays comme l’Amérique (et même beaucoup d’autres) où les actes racistes sont encore (malheureusement) d’actualité et bien trop nombreux, ce livre est un bijou à passer de mains en mains pour qu’enfin cette triste réalité s’arrête et je comprends – et même je félicite – l’ovation et l’effervescence qu’il y a eu autour de lui. Mais d’un point de vue strictement littéraire, j’ai été déçu par le récit et j’ai vécu cette lecture comme un boulet à traîner… Je n’ai pas réussi à entrer vraiment dans cette histoire et à m’y « attacher ». Les chapitres sont longs et parfois débordent de détails qui n’ont que peu d’intérêt pour l’histoire. Je me sentais donc comme déconcentrée dans ma lecture, avec un œil dedans et une oreille dehors. Bon je vous l’accorde l’image n’est pas simple à se représenter mais en clair, je n’étais pas dedans, je me sentais discrète. Je me suis tout de même demandé si ma vie personnelle n’a pas eu un impact (avec le stress de l’approche des examens et la vie quotidienne qui fait que parfois on est plus discret que d’habitude) puis en me plongeant dans la lecture suivante je me suis rendue compte que non, il y a bien quelque chose dans ce roman qui faisait que je n’étais pas totalement saisie. C’est donc semi-convaincue que je ressort de cette lecture ! 
Pour autant, je ne déconseille pas de le lire, il n’en reste pas moins qu’il aborde un thème fort et nécessaire avec une virulence qui comme un post-it rappelle l’horreur commise. Alors à vous de voir et de vous en faire votre idée 🙂

« 1984 » de George Orwell

5662-gf


Résumé :

« De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée. »

Mon avis : ♥♥♥♥♥

« BIG BROTHER IS WATCHING YOU ! »

Que l’on ai lu ou non ce livre, nous connaissons tous cette phrase mythique et mystique… Et lorsque j’ai commencé cette lecture, je n’échappais pas à cette règle. Je savais de quoi parlais ce classique, j’en ressentais d’avance le climat oppressant sous l’œil omniscient de l’Etat personnifié en BIG BROTHER ainsi que le peinture du totalitarisme ! Et pourtant, croyez-moi, j’étais loin des ressentis et du bouleversement qui se passe en nous au fil des pages.
On suit Winston Smith, membre du Parti extérieur, qui nous raconte cette société de 1984. Divisée en trois groupes, le Parti Intérieur, le Parti Extérieur et le Prolétariat qui ont chacun leurs règles et Winston faisant parti du 2ème est dans la catégorie la plus contrôlée. Il nous conte la propagande, l’appel à la haine, le contrôle sur l’individu jusqu’à la glaçante Police de la Pensée, la surveillance constante jusque dans les appartements, le conditionnement sans réel interdit, le non-droit du mariage d’amour et du plaisir sexuel… En clair, on découvre ébahit un régime totalitaire perfectionniste dont il semble qu’on ne peut échapper ou sortir du lot. Et tout cela sous contrôle d’un dirigeant jamais vu publiquement, peut-être même inexistant, mais qui exerce les pleins pouvoirs sur un peuple avec lequel il joue et auquel il fait croire ce qu’il veut…
Une société qui glace le sang. Bien sûr, aujourd’hui notre monde n’est pas tel que le décrit Orwell, mais les troublantes similitudes font peur. Il nous pousse au raisonnement jusqu’à parfois remettre tout en cause. « Celui qui a le contrôle du passé, disait le slogan du Parti, a le contrôle du futur » car en effet, l’Histoire est écrite et transmise. Mais écrite par qui ?! A quel moment ? Dans quel but ? Et pour le confort de qui ? Et si, des faits étaient modifiés, rectifiés par des mains opportunistes. Lequel d’entre-nous pourrait avoir la preuve de la falsification ? La vérité est dans les livres même si elle est fausse. Voici un exemple de questionnement au sortir de cette lecture. Mais d’autres viennent à nous, la guerre en est un autre exemple. Orwell nous dépeint la guerre froide, nous explique le pourquoi et forcément en ces temps troubles des questionnements surgissent. Ou encore la surveillance constante, n’est-on pas nous aussi perpétuellement tracés? Le portable, le pass Navigo, les GPS, Instagram, Facebook, Snapchat, même les Iphone sont maintenant capables tout seuls de nous nommer un numéro inconnu qui nous appelle… Mais, je vais m’arrêter là, je ne voudrais pas trop en dire.
Ce livre est un drame humain, un cri de désespoir qui montre bien l’état d’esprit littéraire d’après-guerre. Le besoin de reconstruction et la perte d’espoir en l’homme et ses semblables, en l’homme pour ses semblables. Un roman qui écrit quelques années avant aurait rejoint la liste de l’Inquisition. Le tout écrit avec une plume incisive et captivante ! Un classique à lire, bien qu’il laisse un goût amer et nous interroge sur notre société de façon profonde.
coup de coeur

« Kafka sur le rivage » de Haruki Murakami

9782264056160


Résumé :

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l’autre côté de l’archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s’entremêlent pour devenir le miroir l’une de l’autre, tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d’un murmure envoûtant.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Lorsque j’ai commencé cette lecture, je ne m’attendais pas du tout à cela. Une amie me l’a conseillé et en me lançant dans l’aventure Murakami dont j’avais souvent entendu le nom, étrangement je ne pensais pas : fantastique ! Imaginez donc ma surprise quand Nakata se met à discuter avec un chat, une belle surprise d’ailleurs qui m’a laissé étonné et rêveuse (et oui, un rêve de petite fille ! Comme dans Sailor Moon, je parle souvent à mes chats, m’enfin je comprends pas ils ne me répondent jamais, les bougres !!). La suite m’a hypnotisé bien que parfois j’étais plus dans le cauchemar que dans le rêve ! Mais maintenant que le postulat de base est posé, passons à la suite…
Kafka et Nakata, que rien ne lie de primes abords, prennent tous deux la route pour des raisons différentes. Mais la quête ou la sortie de ce labyrinthe sera la même, celle d’eux-même. C’est donc une quête initiatique des deux personnages qui se trouve dans ces pages. Si l’un fuit la maison parentale pour éviter la malédiction prophétique émise par son père, à savoir « tu tueras ton père puis coucheras avec ta mère et ta sœur« , l’autre prend la route suite à un meurtre qu’il a commis et pour remettre en place ce qui à été déplacé dans sa jeunesse. Bon tout cela reste confus, je vous l’accorde, mais c’est aussi la beauté du livre. Cet ouvrage est dur à conter, il se lit et se vit…
En effet, Murakami joue avec le fil sensible qui sépare la réalité du rêve et du fantastique. Avec de nombreuses métaphores, il navigue entre onirisme et réalité nous laissant parfois un peu dans l’obscur et donnant ainsi la possibilité au lecteur de sa pleine imagination. Si bien que tout le mystère ne s’éclaire pas entièrement même à la fin. En clair, il nous donne un élan et nous laisse vivre notre lecture. Je pense que chacun à sa propre émotion dans ses pages, chaque scène résonnant en nous face à notre expérience et à ce qui nous touche. Le mystère retient d’abord notre attention, puis la magie de cette douce avancée fantastique nous prends, nous hypnotise et tisse une toile de plus en plus épaisse dont on ne veut plus s’échapper. Il nous enivre de sa plume qui semble nous dire : « Tout est possible ».
Et au-delà de cette brume mystérieuse et divine dont parfois les passages sont insoutenables, d’où mon utilisation de cauchemar au début, l’auteur nous livre une montagne de références littéraires et culturelles. Tout d’abord prenons le prénom du personnage central, Kafka qui a lui-même choisit ce nom pour sa fuite. Celui-ci est plein de sens si l’on reprend les œuvres du célèbre auteur thèque homonyme : « La Métamorphose » comme le nom de l’oeuvre l’indique, mais aussi l’idée du labyrinthe dans « Le Château » et la peinture brute de la condition humaine dans la presque totalité de ses œuvres. Ensuite, parlons du récit lui-même qui reprend le mythe d’œdipe et se construit autour de lui comme une tragédie grecque, une sorte d’épopée contemporaine. Et pour finir, Kafka étant un grand lecteur et s’installant dans une bibliothèque, les références littéraires défilent donc pour le plus grand bonheur de son lectorat.
Murakami est en conclusion un ovni divin que je ne peux que vous conseiller si vous n’avez pas encore tenté l’expérience. Car que l’on aime ou que l’on déteste, on ne peut nier qu’il a une patte bien à lui qui le rend unique en son genre dans notre si chère littérature.

coup de coeur