C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #53

stories from the sea

Il est l’heure du RDV du Lundi initié par Mallou et repris par Galleane. Mais avant d’aller plus loin, voici un petit rappel du principe :
Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ensuite, RDV sur le blog de Galleane pour y laisser le lien vers votre article :)
La semaine passée, j’ai fini le brillantissisme…
« Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre
Un énorme coup de cœur pour ce roman Goncourt ! Mélangeant fiction et réalité, l’auteur nous entraîne dans les turpitudes d’après-guerre et nous offre une nouvelle vision de la première guerre mondiale. Fataliste et cynique à la fois, une véritable pépite ! Si vous désirez en savoir plus, cliquez ici 🙂
En ce moment, je suis dans la lecture d’un Service Presse reçu par HC Éditions dans le courant du mois dernier…
« Le vol du gerfaut » de Jean Contrucci

le-vol-du-gerfaut

Une histoire de vol organisé de manuscrit, un agréable moment de lecture bien que le début fût un peu long à démarrer mais attendons la fin pour en dire plus 🙂
Ensuite, je me lance dans la lecture épistolaire dont je vous ai touché deux mots la semaine dernière dans le cadre du Challenge LC Classique avec Mes Lectures du Dimanche :
« Lettres » de Mme de Sévigné

41bnakik56l-_sx300_bo1204203200_

Et vous, que lisez-vous ?

 

Publicités

« Au-revoir là-haut » de Pierre Lemaitre


Résumé : 

1918. Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard, deux amis liés par le sort; comprennent que la France, si elle glorifie ses morts, ne donne pas de place aux survivants. Condamnés à l’exclusion, ils imaginent alors une arnaque d’envergure nationale, d’une audace inouïe et d’un cynisme absolu.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Me voilà réconciliée et même complètement disposée à l’égard de Pierre Lemaitre grâce à cette oeuvre ! J’étais au départ sceptique n’ayant que peu appréciée « Trois jours et une vie » de l’auteur et titillée par la peur de la déception avec tout le foin que ce livre a reçu, mais il faut dire quand même que ce roman a de bons arguments pour se laisser convaincre ! De mon côté, ce n’est pas le Prix Goncourt qui m’a attiré mais pour commencer la période vue sous un autre angle, puis vos chroniques toutes plus belles les unes que les autres et enfin… la réalisation du film par Dupontel ! Au final, je viens avec cette chronique vous parler d’un coup de cœur qui m’a tiré les larmes, une tragédie coup de poing profondément humaine sur une période inhumaine. Un roman qui ne laisse rien au hasard et qui pourrait être le support d’une analyse poussée en littérature…
« Je te donne rendez-vous au ciel où j’espère que Dieu nous réunira. Au revoir là-haut, ma chère épouse… » Derniers mots écrits par Jean Blanchard, le 4 décembre 1914.
On suit deux protagonistes « centraux », Albert et Edouard, rescapés de guerre, du moins dans la forme… Car bien que le livre commence à la fin de la guerre et nous les présentes comme deux soldats qui ont survécus, ils restent deux écorchés de guerre marqués par celle-ci. La guerre est une ombre fantomatique qui poursuit les personnages et malgré l’armistice signé elle ne semble jamais finie, elle plane dans leurs vies marquées au fer dans leurs corps et leurs esprits comme une dépossession de soi. Pour l’un physiquement, Edouard qui a perdu la moitié de son visage en sauvant Albert, et pour Albert psychologiquement, sursautant à chaque bruit. Une vie donc qui se poursuit, mais sur les décombres que la guerre a laissé.
Autour d’eux viennent d’autres personnages tout aussi importants, le père d’Edouard, Mr Péricourt, riche et très haut placé ainsi que le lieutenant Pradelle, une sombre ordure qui réussi en piétinant les autres (je ne peux pas en dire plus…!). Deux personnages qui ont presque autant de place que nos deux héros et qui représentent disons le côté obscur : le mal, l’injustice et la luxure. Si pour le premier, la rédemption se fait sentir, l’autre restera une figure maléfique durant tout le roman. On se plait à le haïr de pages en pages, souhaitant toujours un peu plus sa déchéance. Face eux, deux autres figures apparaissent, comme leurs doubles bénéfiques, la sœur d’Edouard, Madeleine, et une bonne travaillant pour Mr Péricourt, Pauline, incarnation de l’ange dans sa douceur et sa pureté. Si je parais tant insister sur les notions bibliques, ce n’est pas anodin. En effet, j’ai vraiment ressentie à plusieurs passages du livre la référence à Dieu, au Paradis et à l’Enfer, cela dans la personnalité des personnages qui entourent Albert et Edouard ; dans la Maison Péricourt prenant tout l’espace, immense et représentant la Maison paternelle, la Maison du Père ; ou bien directement dans le champs lexical du roman tel que la phrase écrite plus haut par un soldat faisant référence à Dieu et ouvrant l’ouvrage, ou encore dans des passages précis. Mais encore une fois, je ne peux pas trop en dire, j’arrête donc l’analyse ici. Quoiqu’il en soit ou « ainsi soit-il », la moralité dans ce livre est la pierre angulaire et nos deux héros sont au milieu combattant leur propre moralité dans un monde totalement immoral, ce sera d’ailleurs le combat principal d’Albert durant tout le livre.
L’arnaque, quant à elle, n’est que secondaire. Elle sert seulement à alimenter l’histoire, qui cherche plutôt à analyser les mouvements du cœur humain dans l’après-guerre. Une analyse bouleversante de la société, de la désolation laissée par la guerre dans le cœur des hommes mais aussi dans leurs rapports aux autres. Cette guerre qui n’en finit pas malgré l’armistice et qui laisse sa trace. Pierre Lemaitre analyse donc la manière de chacun de tenter de dépasser la guerre (souvent en vain), d’avancer sur ce champs de cadavres Patriotiques. Mais également l’analyse d’un gouvernement tyran qui a envoyé SES « enfants » à la guerre et n’a que peu d’estime sur SES sacrifices, ne sachant que faire de tous SES morts, malgré l’apparat déployé. Un gouvernement qui fait semblant de s’intéresser, de glorifier SES morts par des monuments mais laissant SES rescapés à l’abandon peut-être pour écarter SES témoins gênants. Voilà, un autre aspect intéressant de ce roman : l’être et le paraître en maître-mots surplombant la désolation humaine et sociétale.
On retrouve d’ailleurs cela à travers Edouard qui quotidiennement se crée des masques pour recouvrir son visage meurtri par la guerre. Pour couvrir sa perte d’identité avec la perte de son visage comme les soldats morts sans nom qui eux ne retrouveront jamais leur identité. Des masques comme une possibilité de se réécrire, de se transformer en ce que l’on veut être… Du moins, en apparence ! Et une arnaque montée en tant que revanche sur la guerre dirigée vers l’Etat mais pas seulement car sans trop vous en dire la relation au père est également très importante dans cette histoire… 
Ce roman n’est pas seulement un roman, à la manière des premiers romans d’analyse du XVIIème, Pierre Lemaitre a su nous plonger dans une période assez éloignée pour être glorifier mais aussi assez proche pour être imprégnée en nous comme vraisemblable mêlant ainsi fiction et véracité avec brio. Une magnifique oeuvre contemporaine qui attire notre attention sur la guerre comme autre chose que des poilus dans des tranchées combattant les méchants Boches. Une vision élargie de ce que nous apprend le secondaire à travers nos livres d’histoire et nos monuments aux morts implantés  partout en France. Pour finir, je vous dirais seulement : lisez-le ! Et j’ai vraiment hâte de voir l’adaptation de Dupontel qui j’en suis sûre a su retranscrire magnifiquement grâce à son style le cynisme et la fatalité de cette histoire.

coup-de-coeur

Post-scriptum : Quel magnifique titre rendant hommage et honneur à ce soldat mort au front et écrivant pour la dernière fois à sa femme. Pour tout vous dire, rien que la découverte de ce titre et du pourquoi à l’entrée du roman m’a bouleversé. Je le trouve empli de poésie et d’amour. Un superbe adieu renfermant l’espoir de se revoir…

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #52

stories from the sea

C’est le jour de notre RDV du Lundi initié par Mallou et repris par Galleane. Mais avant d’aller plus loin, voici un petit rappel du principe :
Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ensuite, RDV sur le blog de Galleane pour y laisser le lien vers votre article :)
Depuis le dernier « C’est Lundi » qui date maintenant de plus d’un mois, je n’ai pas eu le temps à mon grand désespoir de consacrer du temps à la lecture. Je suis donc toujours dans la lecture du même roman depuis début décembre… Et oui, mais quel roman ?!
« Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre

9782253098935-001-t

Malgré le manque de temps, étalé sur plus d’un mois, j’en suis presque arrivée au bout de cette lecture et je peux vous dire que je me régale. Quel magnifique roman ! J’avais un peu peur au début, et puis la peur a vite laissé la place à l’emballement ! Mais attendons la fin pour en dire plus 😉
Ensuite, je me lancerai dans la lecture d’un « classique épistolaire » dans le cadre du challenge LC Classique avec ma copinaute de Mes Lectures du Dimanche :
« Lettres » de Mme de Sévigné

41bnakik56l-_sx300_bo1204203200_

J’ai vraiment hâte de me plonger dans l’élégante écriture de cette grande dame des cercles culturels du XVIIème ! Lettres qui passaient de mains en mains à l’époque pour leur beauté et lettres plus intimes, je sens d’avance l’agréable lecture qui se profile à l’horizon, d’autant plus qu’elle sera partagée en bonne compagnie 🙂
Et vous, que lisez-vous ?

« Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre

visd_0001jpg0btpm


Résumé :

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… »

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Je me suis lancée dans ce livre pleine de bons sentiments, j’avais entendu parler de l’auteur moult fois et j’étais presque sûre d’adorer sa plume ! Et bien, c’est pourtant une chronique courte et mi-figue mi-raisin que je vais vous présenter aujourd’hui sur ce roman…
On suit un jeune garçon de 12 ans, Antoine, qui après avoir été abandonné par ses copains [dont l’un a reçu la Playstation] décide de se construire sa cabane dans les bois en espérant qu’ils reviendront et la trouveront au top ! C’est l’histoire d’Antoine, l’histoire du dur passage de l’adolescence, l’histoire d’un garçon que son enfance marquera jusqu’à l’âge adulte lui laissant une épée Damoclès au dessus de la tête. Et oui ! Sans pouvoir vous en dire trop, plusieurs drames vont se produire et le retourner complètement, le marquer à vie… La mort d’Ulysse, le chien des voisins, pour lequel il a un amour sans limite et la disparition de Rémi Desmedt, 6 ans, le fils des voisins… Deux drames qui s’emmêlent de façon remarquable car tout commence avec la mort d’Ulysse ! Une suite d’évènements tragiques dont Antoine est à la fois l’auteur et le spectateur face à ses propres démons et ensuite face à ses peurs.
J’ai aimé le début, très rapide qui nous plonge dans le vif du thriller et de la culpabilité. Je me suis même dit : « Wahou ! Voilà un auteur percutant qui ne perd pas de temps ! ». Et puis, ensuite, le récit tourne en rond… C’est là ce qui m’a posé souci ! Car bien que j’ai trouvé l’idée géniale, j’en reste un peu déçue ! Je ne saurai vous en dire plus sans en dévoiler trop sur l’histoire et donc vous spoiler ! J’en reste donc là, mais je pense que les lecteurs de ce roman sauront ce que je veux dire par « tourner en rond »…
En bref, une histoire que j’ai tout de même apprécié lire mais qui, je pense, ne me laissera pas un souvenir intense de lecture !

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #41

c'est lundi que lisez vous 2

Me voilà encore en retard de deux semaines, enfin trois, pour mon C’est Lundi ! Mais place tout de même au RDV du Lundi, malgré ce manquement, initié par Mallou puis repris par Galleane. Un petit rappel du principe :
Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ensuite, RDV sur le blog de Galleane pour y laisser le lien vers votre article :)
Durant ces dernières semaines, j’ai lu trois ouvrages : un en lecture commune avec Nath de « Mes Lectures du Dimanche », un en partenariat Auteur/blogueur et le dernier pour moi-même :
« La Princesse de Clèves » de Madame de Lafayette, « Syndrome O » de Bénédicte Vidor-Pierre et « Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre
  • « La Princesse de Clèves » a été un véritable bonheur et une belle rencontre littéraire ! Entre élégance du langage, analyse de la passion et intrigues de Cour, un classique magnifique !
  • « Syndrome 0 » est un roman intelligent qui nous interroge sur le lien entre l’Homme et l’animal. J’ai passé un très bon moment avec ce livre même deux, trois choses m’ont un peu dérangés, je le trouve très abouti et pleins de questions intéressantes !
  • « Trois jours et une vie » est un livre noir qui donne son ton dès le premier chapitre, puis nous enferme petit à petit, chapitre par chapitre dans la peur et l’oppression du personnage ! Un roman haletant qui, malgré quelques longueurs, se dévore tout seul 🙂
Actuellement, je suis en train de lire… Enfin, je triche un peu car je ne l’ai pas encore commencé mais c’est pour ce soir alors !
« The girls » d’Emma Cline

the-girls-emma-cline-editions-de-la-table-ronde-e1472195631986

Une autre LC avec Nath, je suis d’ailleurs un peu sur la ficelle du temps mais j’espère avoir plus de temps cette semaine et donc le finir à temps (répétition du mot « temps » bonjour) — « Je suis en r’tard, en r’tard, en r’tard » ! —

f32m1umx

Ensuite, je lirai un roman que l’on m’a conseillé et dont je n’ai encore jamais lu la plume de l’auteur :
« Kafka sur le rivage » de Haruki Murakami

9782264056160

Et vous, que lisez-vous?