« Carnets noirs » de Stephen King

stephen-king-carnets-noirs


Résumé : 

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Avec cette nouvelle aventure de Bill Hodges, Stephen King nous régale une fois de plus. Encore un roman de sa plume que j’ai dévoré et qui m’a transporté. Je sais qu’à chaque fois  (ou presque – « Coeurs perdus en Atlantide »), je ne fais que des éloges sur lui ! Mais que voulez-vous quand on est conquise par un auteur et qu’il est aussi bon, c’est le jeu !
Ici, c’est l’histoire d’un fan, Bellamy, qui perd le contrôle de lui-même et décide de tuer son écrivain favori en lui vidant au préalable son coffre-fort. L’écrivain ayant bafoué son héros, Jimmy Gold, qui obsède notre Bellamy. A travers cela, c’est l’histoire de l’impact littéraire sur les lecteurs, l’histoire d’un lecteur ou même de plusieurs et de leurs rapports aux livres ainsi qu’à l’auteur. De ce cambriolage découle, un trésor… De l’argent certes, mais surtout des carnets Moleskine griffonnés qui contiennent la suite des œuvres de l’auteur non publiée. Là est le véritable trésor ! Suite à cela, on suit à tour de rôle, Peter, ado de la famille Saubers dont le père a été renversé par la voiture de notre méchant du premier roman, Mr Mercedes, et Morris Bellamy, notre méchant de ce roman. Peter un jour de ballade tombe sur la malle contenant le trésor de Bellamy. Il donne l’argent à ses parents et se plonge dans la lecture des carnets, hypnotisé lui aussi. Tout se corse, lorsque Bellamy sort de prison et cherche à retrouver son bien…
Pour commencer parlons de Bellamy, une vrai brute épaisse. J’ai adoré ce personnage haut en couleurs, capable de tout et surtout du pire, vivant des choses affreuses et qui parfois nous laisse l’occasion de nous attendrir pour lui et de le comprendre. Oui, c’est dur à expliquer mais dans son obsession j’ai parfois eu de la compassion pour lui, aussi horrible soit-il ! Un homme fou que l’obsession dévore et qui crève de désespoir à chaque seconde passé loin des carnets. Un homme dont on peut palper à chaque ligne la solitude et la tristesse qui l’a rendu si profondément inhumain. Un personnage en relief comme sait les créer l’auteur. Pour Peter, c’est assez différent. Bien que je me sois attaché à lui, je l’ai trouvé moins intéressant et plus effacé. En même temps, placé à côté d’un méchant… si méchant et du grand Bill Hodges que j’adore, c’est assez difficile de trouver sa place.
Pour ce qui est de l’intrigue, quel bonheur de lire un livre qui parle d’un livre, de son auteur, de ses lecteurs et des conséquences de cette lecture ! En tant que lecteur, j’aime toujours quant les auteurs décident de se livrer un peu sur leur conception de l’écriture et de la lecture. Cela m’a d’ailleurs fait penser au brillantissime « La vérité sur l’Affaire Harry Quebert » de Joël Dicker qui utilise également ce procédé. Une intrigue donc qui nous touche directement et nous fait nous poser des questions sur nos ressentis au sortir de nos lectures. Un pur bonheur qui nous va droit au cœur ! Mais aussi, une partie de cache-cache qui monte en pression jusqu’au bouquet final où tout le monde est réuni. Une sacré cavalcade pour les personnages et une fin saisissante ! 
En bref, une deuxième aventure de Bill Hodges qui remplit son contrat et qui continue de confirmer la grandeur de la plume de King. Un roman qui laisse aussi sous-entendre un retour de Mr Mercedes pour le troisième volet, « Fin de Ronde », avec l’émergence d’une légère pointe du thème favori de l’auteur qu’il appelle le don. Mais je me tais afin de ne pas trop en dévoiler et je peux vous assurer que je ne serai pas longue à mettre le nez dans « Fin de ronde » !
Publicités

♥♥♥ Concours 100 abonnés ♥♥♥

gif-scorbut-concours

Hello mes croq’mots !

Cette semaine pour ma plus grande joie, j’ai passé la barre des 100 abonnés 😀 Je tiens donc dans un premier temps à tous vous remercier de me suivre, de m’écrire des petits mots et de m’offrir le plaisir de partager avec vous mes lectures ! Depuis ma décision de me lancer dans l’aventure blogesque, mes lectures sont encore plus agréables et enrichissantes en sachant à l’avance que je vais pouvoir les partager avec vous, en discuter, découvrir d’autres horizons à travers vos blogs et vos lectures… En bref que du bonheur ! Donc toujours dans cette envie de vous remercier, je mets en place aujourd’hui un petit concours qui vous permettra de gagner l’un de mes derniers coup de cœur !

Mais, dis moi Nina, quels sont les lots ?

J’ai décidé de vous laisser le choix entre trois de mes derniers coups de cœur ! Chacun des livres est issu des œuvres des trois « Auteurs à l’honneur » que j’ai déjà réalisé depuis la création du RDV mensuel 🙂 Chaque livre sera accompagné d’un beau marque-page ! Alors, place aux livres :

Mais alors, comment participer et y a-t-il des règles ?

Rien de plus simple, je vous invite à me laisser en commentaire votre envie de participer au concours ainsi que le choix du livre qui vous donne envie, et ce jusqu’au 30 juin de cette année ! En ce qui concerne les règles, il faut simplement être abonné à mon blog et habiter en France… Je m’excuse d’avance pour ceux qui me suivent et habitent à l’étranger, malheureusement pour des raisons financières, je ne peux pas me permettre un envoi trop longue distance… :/
Un petit plus qui n’a rien d’obligatoire, l’abonnement à mon Facebook et/ou mon Instragram – dont vous trouverez les noms dans l’onglet « Contacts » – multipliera vos chances de gagner ! Si vous faites ce choix, dites le moi dans le commentaire accompagné du nom sous lequel vous vous êtes inscrits 🙂

Je vous dis à très vite et encore merci pour toute cette joie !

bandeau_concours

 

« Mr Mercedes » de Stephen King

9782253132943-001-t


Résumé :

Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaines de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.
Avec ce polar très noir, véritable plongée dans le cerveau d’un psychopathe qui ferait passer Norman Bates pour un enfant de chœur, Stephen King démontre une fois encore son époustouflant talent de conteur, qui s’affranchit des frontières et des genres.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Prix Edgar-Allan-Poe 2015 du meilleur roman et sérieusement les petit loups, il le mérite grandement et même plus. C’est le premier volume d’une trilogie ayant pour personnage central, Bill Hodges, flic à la retraite torturé et suicidaire. Et pour ma part, je vais lire la suite plutôt deux fois qu’une 🙂
Revenons à Bill (pour planter le décor initial), imaginez la déprime d’un excellent flic à la retraite qui n’a plus que la télé et ces émissions de merde pour combler ses journées. Plus les jours passent, plus il déprime et plus il joue de près avec le flingue de son père… Puis, un matin il reçoit une lettre de « Mr Mercedes », un tueur (ou terroriste) qui à fait 8 victimes et de multiples blessés en leur fonçant dessus en voiture. La lettre est provocante, immonde et le tueur cherche le dialogue avec notre bon vieux Hodges. On voit alors, le héros sortir de sa torpeur et revenir à la vie pour tenter de résoudre cette affaire jusqu’ici irrésolue.
Et là, vous vous dites : « Ouais, décor et personnage typique des thrillers/polars que ce soit à la télé ou en roman ! ». Je ne peux qu’acquiescer sur ce point de départ, mais c’est sans compter sur le talent de notre écrivain… Il nous apporte ce petit plus qui fait que pas une seconde vous aurez envie de poser le livre ou de comparer ses personnages à n’importe lesquels que vous avez déjà connus ! King nous fait frissonner d’horreur en nous plongeant dans la tête du meurtrier, le livre s’articulant entre l’avancée de Bill et ses aventures, et celles du tueur. En tant que lecteurs, on sait donc quasiment dès le début le nom et l’histoire de cette raclure, ce qui m’a fait repenser à un livre que j’avais beaucoup aimé (bien qu’atroce) « La mort est mon métier » de Robert Merle et l’on sent la pression grandir et l’étau se resserrer de plus en plus sur Hodges.
En bref, j’ai été hypnotisé et je suis plus qu’impatiente de lire la suite. La seule ombre au tableau est le côté mystique du roman qui vous fera automatiquement penser aux horribles attentats que la France a connu… Écrit en amont, il sonne presque comme une « prophétie » et c’est assez déstabilisant et horriblement triste. Mais pour finir sur une note positive, si vous doutez de la possibilité de King de nous faire vibrer avec un polar classique, lisez-le et voyez par vous-même !

coup de coeur