« La vie, La mort, La vie » d’Erik Orsenna

la-vie-la-mort-la-vie-louis-pasteur-1822-1895


Résumé :

Treize années durant, chaque jeudi après-midi, l’Académie française m’a offert le privilège d’avoir comme voisin le Prix Nobel de médecine, François Jacob. Comme deux potaches, nous bavardions. Mon ignorance abyssale en biologie l’accablait.
C’est lui qui m’a donné l’idée de ce livre : « Puisque, par on ne sait quel désolant hasard, tu occupes le fauteuil de Pasteur, plonge-toi dans son existence, tu seras bien obligé d’apprendre un peu ! ». Voici, racontés par un ignorant qui se soigne, quelques-uns des principaux mécanismes de la vie. Voici mises à jour les manigances des microbes, voici dévoilés les sortilèges de la fermentation, voici l’aventure des vaccinations. Voici, bien sûr, la guerre victorieuse contre la rage. Voici Marie : plus qu’une épouse, une complice, une organisatrice, une alliée dans tous les combats. Voici un père qui a vu trois de ses filles emportées par la maladie à deux ans, neuf ans et douze ans. La mort ne lui aura jamais pardonné d’avoir tant fait progresser la vie. Dans ce XIXe siècle assoiffé de connaissances, voici LE savant.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Je n’avais encore jamais lu de livre de cet auteur et j’ai aimé découvrir son style assez abrupt et rempli de personnification. Ici, l’auteur explore la vie de Pasteur, célèbre savant qui nous a permit de faire des pas de géant en médecine, mais aussi en prévention des « microbes » – terme d’ailleurs inventé par ses soins et ceux d’un collègue. On apprend ainsi l’enfance de l’homme, sa vie de famille, la mort de ses enfants et ses combats pour l’avancée scientifique. On y rencontre un homme acharné de travail, bienveillant mais aussi jaloux et un tantinet arrogant. Un portrait qui nous dépeint les bons comme les mauvais côtés, Erik Orsenna n’est pas toujours tendre avec le savant et c’est ce qui donne la sensation de l’objectivité dont il essaie de faire preuve. Il raconte les faits et ne rentre à aucuns moments dans la mythification de Pasteur. Bref, un portrait neutre qui témoigne de l’œuvre et des douleurs de l’homme.
Mais bien que j’ai adoré le style en lui-même, j’ai trouvé que parfois il rendait les évènements un peu froid par trop de technique. Les phrases sont courtes et s’enchaînent, tout comme les chapitres très courts mis en désordre. C’est peut-être ce qui fait que je n’ai que peu de choses à dire sur cette lecture qui m’a laissé sans émotions. J’ai aimé en apprendre autant sur la vie de Pasteur mais je ne peux pas dire que je me sois sentie proche de lui comme il a pu m’arriver de le ressentir dans d’autres biographies. Et d’un autre point de vue, je me dis que peut-être l’auteur a choisi cette distance comme mise en avant de la personnalité distante et pragmatique de Pasteur. Alors, choix de l’auteur ou manque d’émotions, je ne sais répondre à cette question !
Ayant un autre livre de sa main dans ma PAL, j’arriverai surement à me faire une idée sur la question après cette lecture, affaire à suivre donc 🙂
Publicités

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #39

c'est lundi que lisez vous 2

C’est l’heure de notre RDV du Lundi initié par Mallou et repris par Galleane dont voici un petit rappel du principe !
Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ensuite, RDV sur le blog de Galleane pour y laisser le lien vers votre article :)
Dans mes deux dernières semaines (et oui ! je n’ai pas pu participer lundi dernier), j’ai lu deux œuvres. L’une dont je connaissais l’auteur, et l’autre dont j’ai découvert l’auteur :
« Les mille et une vies de Billy Milligan » de Daniel Keyes et « La vie, La mort, La vie » d’Erik Orsenna
Daniel Keyes nous offre un bijou de compréhension sur la vie et l’esprit de Billy Milligan, il a été choisi par celui-ci pour raconter son histoire et l’auteur le fait avec brio. Il nous plonge dans la tête du garçon, dans les actes que ses différentes personnalités font sans même que les autres soient au courant, dans sa triste vie et dans la seule voie que son esprit à su trouver pour survivre : la personnalité multiple. Tout comme j’avais adoré « Des fleurs pour Algernon », j’ai dévoré ce « thriller » qui n’a de thriller que certains évènements que l’auteur romance pour protéger le jeune homme. Bref, un sacré auteur et une prochaine lecture de prévu avec la suite de ce premier écrit sur Billy.
Bien plus technique, j’ai découvert la plume d’Erik Orsenna de l’Académie Française, technique dans le style mais aussi par rapport au sujet qui n’est autre que la vie et les découvertes de Louis Pasteur. Un petit ouvrage fort intéressant sur un grand savant qui nous a permis des avancées majeures en matière d’hygiène, de microbes et de vaccins. Le style de l’auteur est particulier, tranchant et saisissant. Un bel hommage aussi critique qu’honorant !
Depuis hier, je me suis enfin lancée dans ma « LC Classiques » que je fais avec les blogs « Mes lectures du Dimanche » et « Figures de style » :
« La Princesse de Clèves » de Madame de Lafayette

9782080707574fs

Auteur du XVIIème siècle, Madame de Lafayette, parle d’amour dans ce livre, ou plutôt d’amour qui n’a d’autres choix que de se taire. Elle nous plonge dans les intrigues de cour sous Henri II (roi de 1547-1559) et nous offre un roman d’analyse des sentiments et des sensations amoureuses refoulés qui même une fois révélés à soi-même doivent être tu sous peine de perdre sa dignité.
Ensuite, je lirai un roman dans le cadre d’un partenariat Auteur-Blogueur que j’ai reçu il y a peu de la part de Bénédicte Vidor-Pierre (l’auteur) :
« Syndrome O » de Bénédicte Vidor-Pierre
Et vous, que lisez-vous ?