« Ulysse from Bagdad » de Eric-Emmanuel Schmitt

Ulysse-from-Bagdad-francais03


Résumé :

« Je m’appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste » Saad veut quitter Bagdad et son chaos, pour gagner l’Europe, la liberté, un avenir. Mais comment franchir les frontières sans un dinar en poche? Tel Ulysse, il affronte le tempêtes, survit aux naufrages, échappe aux trafiquants d’opium, ignore le chant des sirènes, et doit s’arracher aux enchantements amoureux. Tour à tour absurde, bouffon, dramatique, le voyage sans retour de Saad commence…

Extrait :

Je m’appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste. Parfois je suis Saad l’Espoir, parfois Saad le Triste, même si, aux yeux du plus grand nombre, je ne suis rien.
Au terme de ce voyage, au début d’un nouveau, j’écris ces pages pour me disculper. Né quelque part où il ne fallait pas, j’ai voulu en partir ; réclamant le statut de réfugié, j’ai dégringolé d’identité en identité, migrant, mendiant, illégal, sans-papiers, sans-droits, sans-travail ; le seul vocable qui me définit désormais est clandestin. Parasite m’épargnerait. Profiteur aussi. Escroc encore plus. Non, clandestin. Je n’appartiens à  aucune nation, ni au pays qui j’ai fui ni au pays que je désire rejoindre, encore moins au pays que je traverse. Clandestin. Juste clandestin. Bienvenu nulle part. Étranger partout.
Certains jours, j’ai l’impression de devenir étranger à l’espèce humaine…

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Quel Triste voyage rempli d’Espoir, le tout caractérisé par ce prénom délicieusement choisi. Tout est dit avec lui : Saad Saad. Encore un mélange d’émotion dont E. E. Schmitt à le secret ! Pour ce roman, je ne vais pas pourvoir, comme avec les autres, m’étaler plus sur les évènements qui arrivent à ce jeune homme de peur d’en dévoiler trop. En effet, chaque action à un sens et un impact dans sa vie ; pas de blabla inutile juste une immersion dans cette vie.
Le sujet de ce livre est très sensible et tellement d’actualité, l’immigration et les horribles guerres menées dans le Moyen-Orient, on ne peut le lire sans faire un lien avec la guerre en Syrie qui éclate en ce moment (ou plutôt depuis 4 ans) ou sans faire un lien avec les tragiques attentats du 13 novembre à Paris. Il en devient un roman profondément triste et dénonciateur mais nécessaire, l’écrivain ne choisit jamais ces sujets au hasard et nous amène à regarder au-delà de nous même, au-delà de notre nation. J’ai, malgré la lourdeur émotionnelle du récit, passé un bon moment avec ce roman ; grâce à la finesse et la psychologie dont E. E. Schmitt sait faire preuve. Qualifié de normalien et de docteur en philosophie, on pourrait également lui donner le titre de fin psychologue. Une compréhension altruiste et sans jugement de l’Homme comme une sagesse bienveillante émane toujours dans ces livres.
De plus, le lien avec le voyage d’Ulysse (L’Odysée d’Homère) est très fort, je le trouve vraiment enrichissant pour l’histoire et finement trouvé. Il nous démontre aussi à quel point les livres anciens restent vrai malgré l’avancée dans le temps.
Pour finir, j’aimerais, quand même,  attirer votre attention sur une lettre que Saad Saad écrit à Vittoria (une des femmes qu’il aura dans sa vie) page 201 du format livre de poche. Le texte est magnifique, si vous n’avez pas l’envie particulière de lire ce roman, je vous conseille tout de même de lire cette lettre qui m’a profondément émue. J’espère qu’elle vous donnera autant de frissons 🙂
Les + : un sujet poignant avec un finesse d’écriture et une psychologie sans chichi, une sensibilité incroyable (j’ai fini le livre un nœud au ventre et les larmes aux yeux).
Les – : difficile que la lecture d’un livre si empreint d’actualité…