« Underground Railroad » de Colson Whitehead

9782226393197-x


Résumé : 

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord. De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le « misérable cœur palpitant » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté. L’une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l’« Underground Railroad », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme.
À la fois récit d’un combat poignant et réflexion saisissante sur la lecture de l’Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une œuvre politique aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

Mon avis : ♥♥♥♥

Comme beaucoup, je me suis laissé tenter pour la rentrée littéraire de septembre par ce prix Pulitzer dont j’ai énormément entendu parler. L’appel de la renommée et le thème m’avait tout deux convaincue. En me jetant dans la lecture, j’étais donc en attente de beaucoup, trop peut-être…
On suit Cora, une jeune fille noire esclave sur un champs de coton. Abonnée par sa mère à son plus jeune âge, elle nous raconte la dure réalité de son quotidien sur la plantation. Puis le soir où Caesar l’aborde pour lui parler d’une folle idée d’évasion. Suite à cela, les événements s’enchaînent plus ou moins et l’on suit leur épopée en Amérique. De perte d’identité à nécessité de fuir, l’horreur de leur condition grandit au fil des pages et nous fait vivre à travers elle la violence de l’esclavage et le sadisme blanc de l’époque. Ce texte résonne donc comme un témoignage coup de poing grâce à la plume de l’auteur qui sait avec brio retranscrire la rage et la violence des faits.
Dans un pays comme l’Amérique (et même beaucoup d’autres) où les actes racistes sont encore (malheureusement) d’actualité et bien trop nombreux, ce livre est un bijou à passer de mains en mains pour qu’enfin cette triste réalité s’arrête et je comprends – et même je félicite – l’ovation et l’effervescence qu’il y a eu autour de lui. Mais d’un point de vue strictement littéraire, j’ai été déçu par le récit et j’ai vécu cette lecture comme un boulet à traîner… Je n’ai pas réussi à entrer vraiment dans cette histoire et à m’y « attacher ». Les chapitres sont longs et parfois débordent de détails qui n’ont que peu d’intérêt pour l’histoire. Je me sentais donc comme déconcentrée dans ma lecture, avec un œil dedans et une oreille dehors. Bon je vous l’accorde l’image n’est pas simple à se représenter mais en clair, je n’étais pas dedans, je me sentais discrète. Je me suis tout de même demandé si ma vie personnelle n’a pas eu un impact (avec le stress de l’approche des examens et la vie quotidienne qui fait que parfois on est plus discret que d’habitude) puis en me plongeant dans la lecture suivante je me suis rendue compte que non, il y a bien quelque chose dans ce roman qui faisait que je n’étais pas totalement saisie. C’est donc semi-convaincue que je ressort de cette lecture ! 
Pour autant, je ne déconseille pas de le lire, il n’en reste pas moins qu’il aborde un thème fort et nécessaire avec une virulence qui comme un post-it rappelle l’horreur commise. Alors à vous de voir et de vous en faire votre idée 🙂

12 réflexions sur “« Underground Railroad » de Colson Whitehead

    • Le style n’est pas vraiment difficile mais je dirais que je l’ai trouvé monotone… Et encore ce n’est pas tout à fait le mot. Ce ressenti est pour le coup très personnel car il a été ovationné par la plupart des gens ! Peut être qu’il te plairai beaucoup… À toi de voir 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Je viens de le finir (en diagonal sur les 100 dernières pages) et je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir eu du mal. J’ai eu la même sensation du boulet à traîner. Beaucoup trop de longueur et de passages sans grand intérêt.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s