« Maman a tort » de Michel Bussi

ob_79789e_maman-a-tort


Résumé :

Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’une enfant. Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croît. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone ?

Extrait :

Malone sentit ses pieds décoller du sol, puis juste après, il vit la dame derrière la vitre. Même si elle portait un costume violet, un peu comme les policiers, elle avait un visage rond et des lunettes rigolotes. Dans sa cabane transparente, elle ressemblait à une dame qui donne des tickets de manège. Il sentait les deux mains de maman trembler un peu à le tenir ainsi en équilibre.
La dame le regardait droit dans les yeux, puis se tournait vers maman, puis les baissait vers les petits car,ets marron qu’elle tenait ouverts entre ses doigts.
Maman lui avait expliqué. Elle vérifiait leurs photos. Pour être sûre que c’était bien eux. Qu’ils avaient bien le droit de prendre l’avion.
Sauf que la dame ne savait pas où ils allaient. Où ils allaient vraiment.
Lui seul était au courant.
Ils s’envolaient pour la forêt des ogres.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Il y avait un bout de temps que je ne m’étais pas plongé dans un roman du genre et ça m’avait manqué ! Je suis contente de l’avoir fait avec ce livre qui est non seulement très bon, mais qui m’a également fait découvrir un auteur tout en me clouant le bec ! En effet, j’ai mis très longtemps de côté Michel Bussi à cause de sa trop grande popularité qui me rendait frileuse et me faisait me dire que ses livres seraient bien trop commerciaux. Quelle erreur ! Je n’ai plus qu’à faire mon mea culpa maintenant et à rattraper toutes ces belles lectures desquelles je suis passée à côté 🙂
Revenons à nos moutons, vous l’aurez compris dans ce livre on cherche si oui ou non la maman de Malone est sa véritable maman comme tout semble le laisser penser ou si ce n’est pas le cas, qui est donc sa maman… Voilà une énigme qui déjà va s’étoffer sous nos yeux d’un point de vue psychologique avec les schémas de mémoire d’un enfant entre 0 et 3 ans – grâce à la seule personne qui croit Malone – le psychologue Vasile Dragonman. On entre alors dans les souvenirs de ce bout de chou qui maintient que son doudou Gouti lui parle tous les soirs. Oui dans ce livre les peluches parlent – et n’y voyez pas là de la fantaisie ! Gouti raconte à Malone un conte par soir… Des contes d’une beauté infinie que j’ai adoré lire comme si j’étais moi-même une petite fille. Au fil des pages, un attachement profond m’a d’ailleurs lié à ce petit bonhomme et à son doudou. Mais je vais arrêter là le développement de cette partie de l’histoire pour ne pas trop vous en dévoiler, ce qui serait dommage !
A côté de cela, nous avons Marianne Augresse, la commandante de police qui sera contacté par Mr Dragonman pour parler de Malone. Mais avant cela, celle-ci à une bien triste affaire sur les bras : un braquage non-résolu depuis quelques mois et deux cadavres qui lui donnent du fil à retordre… Voilà la position de cette femme lorsque sa vie bascule pour aider Malone.
Au final pour résumé, on a un enfant qui clame que sa mère n’est pas sa mère, un braquage, deux cadavres (et d’autres à venir) et un doudou qui parle. Oui vous n’y comprenez pas grand chose… Moi non plus sur la première cinquantaine de pages, et puis tout s’active et on tombe dans le délicieux engrenage de cette enquête finement menée et riche en rebondissements qui ne nous laisse pas une seconde d’ennui. Vous noterez au passage les noms tout droit sortis de conte de fées que l’auteur a donné à ses personnages : Mme Augresse, Mr Dragonman, pour ceux que j’ai déjà cité ici mais aussi : Mr Pasdeloup, Mr Lechevalier et Angélique. Vraiment top comme idée !
Le seul bémol que j’ajouterai est le fait que certains « évènements » soit un peu tirés par les cheveux comme la raison qui pousse Mme Augresse à faire confiance à Mr Dragonman ou encore le Happy End un peu nian nian – non je ne dévoile rien, ne vous inquiétez pas, car cette fin qui se déroule sur les 2 dernières pages n’a absolument rien à voir avec l’intrigue – mais bon, sur l’ensemble du roman on en tient que très peu rigueur à l’auteur qui nous fait passer un super moment de lecture 🙂
NB : Ce livre est sorti en format poche – Édition Pocket – hier, soit le 4 mai 2016 !
Les + : très bonne intrigue qui mélange psychologie enfantine, contes merveilleux et bon gros méchant ainsi que des personnages bien approfondis auxquels on s’attache
Les – : quelques passages quelque peu tirés par les cheveux…
Publicités

14 réflexions sur “« Maman a tort » de Michel Bussi

    • Alors je pense qu’il te plaira beaucoup, c’est vrai que ce qui a de bien avec Bussi c’est qu’il n’est pas dans le policier simple – du moins pour celui-ci mais j’imagine que c’est pareil pour les autres ! Il mélange les genres et je comprends qu’il attire des personnes comme toi qui ne sont pas trop policier à la base 🙂 Hâte de savoir ce que tu en penses !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s