« Les chaussures italiennes » de Henning Mankell

39602_1863613


Résumé :

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer. Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.

Extrait :

Des promesses, a-t-elle dit, on en reçoit tant. On s’en fait à soi-même. Les autres nous en font. On a les politiciens qui nous parlent d’une vie meilleure pour les vieux, d’un hôpital où personne n’aura plus d’escarres ; on a les banquiers qui nous promettent des intérêts plus élevés, les produits qui nous promettent qu’on va perdre du poids, les crèmes qui nous promettent une vieillesse avec moins de rides. Vivre, au fait, ce n’est jamais qu’avancer dans son petit bateau au milieu d’un flot de promesses variées à l’infini. Quelles sont celles dont on se souvient ? On oublie celles qu’on voudrait se rappeler et on se souvient de celles qu’on préférerait oublier pour toujours. Les promesses trahies sont comme des ombres qui dansent autour de toi au crépuscule. Plus je vieillis, mieux je les vois. La plus belle promesse de ma vie, c’est celle que tu m’as faite quand tu m’as dit que tu m’emmènerais jusqu’à ce lac dans la forêt. Alors je veux le voir de mes yeux et rêver que je m’y baigne avant qu’il ne soit trop tard.

Mon avis : ♥♥♥♥

Quel beau voyage nous faisons aux côtés de Fredrik dans ce roman. On s’imprègne de la profonde solitude dans laquelle s’est mis cet homme dès les premiers chapitres, de son besoin de se créer des habitudes pour régler sa vie ainsi que de se sentir vivant en s’immergeant dans l’eau glaciale. Le décor de glace est superbe et les pages se tournent toutes seules. Je l’ai littéralement dévoré.
On suit donc la vie de reclus que s’est crée Fredrik, jusqu’à l’apparition d’Harriet sur l’île avec son déambulateur. Celle-ci vient avec une promesse que Fredrick lui à fait près de 40 ans plus tôt et qu’elle n’a jamais oublier. Il lui avait promis de l’emmener sur un lac qui à marqué sa jeunesse. De là part le voyage. Un voyage sur un lac mais aussi un voyage à l’intérieur de soi. Un voyage sur la vie menée. Sur un passé presque oublié et pourtant douloureux. Un voyage qui lie la vie mais aussi la mort. Un voyage pleins de regrets, de remords mais aussi de joies et de promesses. Un voyage qui sonne comme une rédemption.
Je me suis attaché au personnage de Frédrik pourtant imparfait et lâche qui à plus d’une trahison à son actif, et pourtant si humain avec ses faiblesses et ses regrets. Ce livre parle de la vie, on y voit des contradictions dans les sentiments et les actions des personnages qui résonne comme la vie qui n’est jamais toute blanche ou toute noire. Je n’irais pas plus loin dans la description de peur de vous spoiler et de laisser filer par la même occasion l’essence du livre.
Ce livre vous prendra à la gorge, même si je revendique le fait qu’un approfondissement aurait pu être agréable dans certaines actions pour le rendre plus poignant encore. C’est une histoire sublime ainsi que triste et parfois sombre.
Les + : une histoire qui donne à réfléchir sur la vie et qui nous marque par sa beauté dans l’accompagnement qui peut être offert à une personne par une autre.
Les – : des traits de personnalité des personnages et des passages qui aurait mérité d’être creusés pour nous en faire comprendre toute la teneur.

 

Publicités

4 réflexions sur “« Les chaussures italiennes » de Henning Mankell

  1. Pingback: C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #22 | Les Lectures de Nina

  2. Pingback: Bilan Lectures Avril 2016 ♣ PALM Mai 2016 | Les Lectures de Nina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s