« Les chaussures italiennes » de Henning Mankell

39602_1863613


Résumé :

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer. Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.

Extrait :

Des promesses, a-t-elle dit, on en reçoit tant. On s’en fait à soi-même. Les autres nous en font. On a les politiciens qui nous parlent d’une vie meilleure pour les vieux, d’un hôpital où personne n’aura plus d’escarres ; on a les banquiers qui nous promettent des intérêts plus élevés, les produits qui nous promettent qu’on va perdre du poids, les crèmes qui nous promettent une vieillesse avec moins de rides. Vivre, au fait, ce n’est jamais qu’avancer dans son petit bateau au milieu d’un flot de promesses variées à l’infini. Quelles sont celles dont on se souvient ? On oublie celles qu’on voudrait se rappeler et on se souvient de celles qu’on préférerait oublier pour toujours. Les promesses trahies sont comme des ombres qui dansent autour de toi au crépuscule. Plus je vieillis, mieux je les vois. La plus belle promesse de ma vie, c’est celle que tu m’as faite quand tu m’as dit que tu m’emmènerais jusqu’à ce lac dans la forêt. Alors je veux le voir de mes yeux et rêver que je m’y baigne avant qu’il ne soit trop tard.

Mon avis : ♥♥♥♥

Quel beau voyage nous faisons aux côtés de Fredrik dans ce roman. On s’imprègne de la profonde solitude dans laquelle s’est mis cet homme dès les premiers chapitres, de son besoin de se créer des habitudes pour régler sa vie ainsi que de se sentir vivant en s’immergeant dans l’eau glaciale. Le décor de glace est superbe et les pages se tournent toutes seules. Je l’ai littéralement dévoré.
On suit donc la vie de reclus que s’est crée Fredrik, jusqu’à l’apparition d’Harriet sur l’île avec son déambulateur. Celle-ci vient avec une promesse que Fredrick lui à fait près de 40 ans plus tôt et qu’elle n’a jamais oublier. Il lui avait promis de l’emmener sur un lac qui à marqué sa jeunesse. De là part le voyage. Un voyage sur un lac mais aussi un voyage à l’intérieur de soi. Un voyage sur la vie menée. Sur un passé presque oublié et pourtant douloureux. Un voyage qui lie la vie mais aussi la mort. Un voyage pleins de regrets, de remords mais aussi de joies et de promesses. Un voyage qui sonne comme une rédemption.
Je me suis attaché au personnage de Frédrik pourtant imparfait et lâche qui à plus d’une trahison à son actif, et pourtant si humain avec ses faiblesses et ses regrets. Ce livre parle de la vie, on y voit des contradictions dans les sentiments et les actions des personnages qui résonne comme la vie qui n’est jamais toute blanche ou toute noire. Je n’irais pas plus loin dans la description de peur de vous spoiler et de laisser filer par la même occasion l’essence du livre.
Ce livre vous prendra à la gorge, même si je revendique le fait qu’un approfondissement aurait pu être agréable dans certaines actions pour le rendre plus poignant encore. C’est une histoire sublime ainsi que triste et parfois sombre.
Les + : une histoire qui donne à réfléchir sur la vie et qui nous marque par sa beauté dans l’accompagnement qui peut être offert à une personne par une autre.
Les – : des traits de personnalité des personnages et des passages qui aurait mérité d’être creusés pour nous en faire comprendre toute la teneur.

 

Publicités

Le Potter Tag !

poudlard

J’ai découvert ce super TAG crée par La Théière et Le Livre sur le blog de Ma Lecturothèque et j’ai immédiatement eu envie de le faire ! Alors si il vous tape dans l’œil, n’hésitez pas c’est fait pour cela 😉

1.SerpentardLa maison où tous les gens qui y sont allés ont tous (ou presque) mal tournés. Cites un méchant qui t’as fait craqué envers et contre tout.
Sans aucune hésitation : Hannibal ! Oui, c’est vrai je ne suis pas fana des livres plus des films mais il n’en reste pas moins que c’est MON méchant à moi. Bien que foncièrement inhumain, il y a toute une psychologie et une finesse d’esprit chez lui qui me fascine ainsi qu’un charisme imposant. Qu’il soit joué par Anthony Hopkins ou par Gaspard Ulliel, je l’adore !
Le Ministère de la Magie « Le ministère de la Magie est l’autorité gouvernementale du monde magique. Sa première mission est d’empêcher les Moldus de se rendre compte de l’existence de la communauté magique. » Cites ici un livre à côté du quel tu aurais pu passer sans te douter de son existence et qui, une fois découvert, a été une révélation.
Le plus récent (oui car depuis que je suis sur la blogosphère il y en a pas mal haha ^^) c’est « Des fleurs pour Algernon » de Daniel Keyes découvert sur le blog de Charlitdeslivres. Je ne le connaissais pas du tout et je n’y connais pas grand chose en SF même si j’essaie de m’ouvrir de plus en plus à ce genre qui me plaît plutôt bien. Et quel bijou j’aurais raté si je ne l’avais découvert ! Il m’a bouleversé, secoué, interrogé bref une claque pour laquelle j’aurai même tendu l’autre joue 🙂
3.Gryffondor Tout comme son père avant lui, Harry a ses amis constamment avec lui. C’est beau, l’amitié, hein? Bon, beh, maintenant t’as plus qu’à citer un livre où l’amitié occupe une grande place dans le livre!
L’amitié qui m’a ému il y a peu est celle entretenu entre Ted – un homme d’une soixantaine d’années – et Bobby – jeune garçon de 11 ans – du livre de Stephen King « Cœurs perdus en Atlantide ». Bien que le livre ne m’a pas séduit, cette amitié superbe presque devenue aussi forte qu’un amour familial m’a beaucoup touché.
4.Nick Quasi-Sans-Tête ou le château rempli de fantômes. Cites un livre à ne pas lire la nuit!
Je dirais les livres de Stephen King (déjà ceux que j’ai lu mais je suis quasi sûre que c’est pareil pour ceux que je n’ai pas encore lu !) tels que Shinning, Docteur Sleep ou encore Salem. Il y a aussi Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs qui m’a donné des suées haha non pas pour le récit mais surtout pour certaines photos qui en pleine nuit sont… Quelque peu effrayante ! Oui je sais il y en a plus d’un là mais je n’ai pas réussi à m’arrêter sur un seul :/
5.Serdaigle « Si vous êtes sage et réfléchi Serdaigle vous accueillera peut-être Là-bas, ce sont des érudits Qui ont envie de tout connaître. » Cites ici un livre où tu aurais aimé plus de réponses, plus d’informations. Bref, où tu étais en constante demande de toujours plus, tel un assoiffé de connaissances et autres savoirs.
Alors là je ne vois pas ! ^^ Je vais dire « Les Outrepasseurs » de Cindy Van Wilder mais tout simplement parce que je n’ai pas encore pu continuer la saga, je n’en suis qu’au tome 1… Et je suis persuadée que les autres tomes vont répondre à toutes mes questions 🙂
6.Felix Felicis La potion de la chance, ou chance liquide. Cites un héro qui arrive tout le temps à se sortir des pires situations ou qui, à l’inverse aurait bien besoin d’un peu de cette potion.
Thomas Ward de la saga « L’Épouvanteur » de Joseph Delaney. Autant il se met dans des situations pas possible mais ensuite il a une chance insolente pour les résoudre !
7.Poufsoufle « Si à Poufsouffle vous allez, Comme eux vous s’rez juste et loyal Ceux de Poufsouffle aiment travailler Et leur patience est proverbiale. »Cites un auteur envers lequel tu es plus que loyal malgré les longues attentes entre chaque livre qui n’ont jamais tué ta patience.
Il y a J. K. Rowling, mais aussi Frédéric Beigbeder ou encore Paulo Coelho. En faite, il y en a pas mal quand j’aime une plume en général dès que je tombe sur un nouveau livre (ou ancien que je n’ai jamais lu) je me fais plaisir !
8.Pré-au-Lard Pré-au-Lard est un petit village peuplé uniquement de sorciers. Les maisons sont en fait de petites chaumières. On y trouve la Cabane Hurlante, la gare où arrivent les sorciers en début d’année ainsi qu’Honneydukes. Cites un lieu de roman où tu souhaiterais vraiment aller, pour diverses raisons.
A Poudlard évidemment. Je sais que c’est pas très original et que l’on doit être des millions à le vouloir mais voilà ! Le Quiddich, l’immense bibliothèque de Poudlard, les repas gargantuesque, les cours de potions, de vol, de divination ! Discuter avec Dumbledore, avoir Hagrid comme ami, voler sur un Hippogriffe, manger des dragées surprise de Bertie Crochue… Bref, un joli programme, non ?!
9.La Banque de GringottsCette banque est, avec Poudlard, l’un des lieux les plus sûrs du monde de la sorcellerie. Et pour cause, entre les gobelins d’un côté et Dumbledor de l’autre, c’est qu’il y a du niveau. Cites un livre que tu mettrais en lieu sûr tellement c’est un trésor pour toi.
Encore une fois le revoilà : La saga Harry Potter c’est sûr :p Mais pour en citer qu’un autre, « Le portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde. Je dois quand même dire qu’il y en a un tas d’autres que je mettrais en lieu sûr, m’enfin ^^

Merci à La Théière et Le Livre pour ce TAG très agréable à faire.

Résultat – Concours Marque Ta page #2

jolie ornure

Comme promis, c’est aujourd’hui que je vous dévoile le gagnant du concours ouvert le 18 avril 2016 ! Roulement de tambour… Le gagnant est :

Chutjelis

girly

Bravo à toi et merci de ta participation ! J’attends ton adresse sous 5 jours sur mon mail : nina.soyez@hotmail.fr pour que je puisse te l’envoyer 🙂
Un autre concours Marque ta Page aura lieu dans le courant du mois prochain, à bientôt !

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #21

c'est lundi que lisez vous 2

Place à notre RDV du Lundi initié par Mallou puis repris par Galleane
Le principe est simple. Chaque lundi il vous suffit de répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ensuite, RDV sur le blog de Galleane pour y laisser le lien vers votre article :)
La semaine passée, j’ai fini (enfin !) un livre qui m’a laissé perplexe :
« La leçon d’allemand » de Siegfried Lenz

3141hqonwll-_sx332_bo1204203200_

C’est une réflexion intense sur le devoir et jusqu’où il peut nous embarquer. Au travers des souvenirs d’un jeune homme, on revient sur la relation qu’il entretenait avec son père – officier de police en 1943 – et sur l’endoctrinement de celui-ci. Un panel de descriptions immense nous est offert dans cet ouvrage, tant et si bien qu’il en devient un peu trop lourd et ennuyeux parfois. Pour approfondir, je vous laisse jeter un œil à ma chronique.
Je suis actuellement dans un lecture superbe, que j’ai d’ailleurs quasiment finie…
« Les chaussures italiennes » de Henning Mankell

39602_1863613

C’est l’histoire d’un homme brisé qui a décidé de renoncer et de se terrer en attendant la mort. Mais cela est sans compter sur les femmes de son passé qui viendront chambouler tous ces plans et lui réapprendre à vivre. Une histoire émouvante qui se lit facilement, dans laquelle on plonge et on arrive plus à sortir. Je vais même m’empresser d’y retourner après cet article 🙂
Ensuite, je me plongerai dans ma première lecture de cet auteur dont j’ai beaucoup entendu parler et dont l’univers à l’air très chouette. Il m’a été recommandé par la Média pour mon challenge Mystère 2016 dont le thème du mois est : Dragons !
« Les Mondes d’Ewilan – Tome 1 : La forêt des captifs » de Pierre Bottero

les-mondes-d-ewilan-tome-1-la-foret-des-captifs-6557

Et vous, que lisez-vous ?

 

« La leçon d’allemand » de Siegfried Lenz

3141hqonwll-_sx332_bo1204203200_


Résumé :

Enfermé dans une prison pour jeunes délinquants située sur une île au large de Hambourg, Siggi Jepsen est puni pour avoir rendu copie blanche lors d’une épreuve de rédaction. Ce n’est pas qu’il n’ait rien à dire sur le sujet « Les joies du devoir », au contraire… Bientôt lui reviennent à la mémoire les évènements qui ont fait basculer sa vie. Son père , officier de police, est contraint en 1943 de faire appliquer la loi du Reich et ses mesures antisémites à l’encontre de l’un de ses amis d’enfance, le peintre Max Nansen (dérrière lequel on peut reconnaître le grand Emil Nolde). A l’insu de son père , Siggi devient le confident de l’artiste et va l’aider à mettre en sécurité ses toiles clandestines. Sa passion pour l’œuvre le conduit ainsi au refus de l’autorité paternelle et à une transgression (un vol dans une galerie) qui lui vaudra d’être condamné. Mais aux yeux de Siggi, le châtiment porte l’empreinte du zèle coupable de son géniteur.
572 pages

Extrait :

Personnellement, je tiens ma punition – assortie de réclusion et de suppression provisoire de toute visite – pour imméritée ; car je n’expie pas une insuffisance de mémoire ou d’imagination, bien au contraire, cette retraite m’a été imposée parce que, ayant obéi, m’étant mis en quête des joies du devoir, j’ai eu soudain trop de choses à dire ou, du moins, tellement de choses que je ne savais plus, malgré toute ma bonne volonté, par quel bout commencer.
Et, comme ce n’étaient pas des joies quelconques mais les joies du devoir que Korbjuhn voulait nous faire découvrir, décrire, savourer et, surtout célébrer, à qui d’autre pouvais-je songer sinon à mon père Jens Ole Jepsen, à son uniforme, à son vélo de service, à ses jumelles, à sa pèlerine, à sa silhouette voguant sur la crête de la digue, gonflée par l’incessant vent d’ouest.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Voilà une lecture qui me laisse perplexe ! Depuis que je l’ai fini je n’arrive toujours pas à me positionner vraiment sur mon ressenti, à savoir suis-je plutôt triste ou soulager de l’avoir fini… Incroyable mais vrai ! J’ai mis du temps à distiller le nuage de son ambiance et de ses personnages de mon esprit (du moins, plus de temps que pour d’autres lectures) car j’ai appris au fil des pages à les aimer pour diverses raisons, je m’étais même habituée à eux – je me suis sentie laisser sur ma fin – et en même temps, quel soulagement d’avoir fini le dernier mot de ce pavé !!! C’est donc une chronique un peu paradoxale que je vais vous écrire sur ce livre. Je ne peux décidément pas faire autrement :/
L’histoire et les souvenirs de Siggi qui lui reviennent – pour écrire sa rédaction sur « Les joies du devoir » – nous plongent dans une Allemagne restrictive en pleine Seconde guerre Mondiale, où son père doit faire appliquer les décisions du Reich et principalement celle de l’interdiction de peindre qu’il est assigné à faire respecter auprès de son ami d’enfance le peintre Max Ludwig Nansen. On navigue alors entre l’amitié sincère qui lie Siggi et le peintre, l’endoctrinement du père et le questionnement sur « le devoir aveugle et sans réflexion » qui en découle ainsi que la prise de position de Siggi, enfant à l’époque, face à ce père aux œillères immuables. J’ai vraiment aimé suivre cette histoire ainsi que les personnages tous plus réels les uns que les autres. Le récit ne traitant d’aucun faits de guerre sort du lot de toutes les lectures que j’ai pu avoir sur cette période atroce. Mais je ne peux pas parler de ce livre sans en venir aux descriptions minutieuses voir perfectionnistes de son auteur…
Et c’est là le hic, c’est là que je ne me positionne pas du tout. Le décor est décortiqué, les personnages sont scrutés, aucun détails ne manquent. On pourrait dire que l’écrit se veut aussi détaillé qu’une peinture, dont on parle durant tout le récit. C’est à la fois poétique, profond et hypnotisant mais sur 572 pages on peut largement se dire que l’histoire à proprement parlé tiendrait sur 200… Je me suis souvent essoufflée dans ce décor gris, je l’ai trouvé magnifique mais aussi lourd, long et ennuyeux. Je me suis perdue dans le dédale des mots, des idées, des divagations qui pour aller d’un point A à un point B ne font que slalomer en s’arrêtant sur chaque détails – parfois insignifiant. Alors je ne peux qu’affirmer mon soulagement d’en avoir fini avec la lourdeur et la lenteur de ce livre.
Bien que je sois soulagé d’être passé à une autre lecture, je reste tout de même très contente d’avoir été au bout de ce récit que j’ai apprécié pour sa profondeur. Je ne saurai vous dire s’il faut vous jeter dessus ou l’éviter, mais une chose est sûre si vous n’aimez pas la description, ne vous y aventurez pas : vous deviendriez fous 🙂
Les + : un questionnement profond sur l’endoctrinement et des descriptions superbes mettant la nature et surtout la mer à l’honneur.
Les – : des descriptions exceptionnellement longues qui donnent au récit une lourdeur et une lenteur monumentale.

Livre lu dans le cadre du Challenge 1 pavé par mois organisé par « Des livres, des livres »

challenge-un-pave-par-mois

Merci à Bianca pour ce challenge !

« Des fleurs pour Algernon » de Daniel Keyes

62587653


Résumé :

Il s’appelle Charlie Gordon, c’est un simple d’esprit, un minable, employé aux basses besognes dans une usine. Algernon, elle, est une souris de laboratoire et le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler son intelligence. Les deux savants tentent alors d’appliquer leur découverte à Charlie avec l’assistance de la jeune psychologue Alice Kinnian. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence de ce cerveau demeuré. Charlie découvre avec passion un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui ne tarde pas à naître entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures de la souris Algernon déclinent. Pour Charlie commence alors le drame atroce d’un homme qui peu à peu se sent retourner à l’état de bête.

Extrait :

Conte randu N°1
3 mars. Le Dr Strauss dit que je devrez écrire tout ce que je panse et que je me rapèle et tout ce qui marive à partir de mintenan. Je sais pas pourquoi mais il dit que ces un portan pour qu’ils voie si ils peuve mutilisé. J’espaire qu’ils mutiliserons pas que Miss Kinnian dit qu’ils peuve peut être me rendre un télijian. Je m’apèle Charlie Gordon et je travail à la boulangerie Donner. Mr Donner me donne 11 dolar par semène et du pain ou des gâteau si j’en veut. J’ai 32 ans et mon aniversère est le mois prochin. J’ai dit au Dr Strauss et au proféseur Nemur que je sait pas bien écrire mes il dit que sa fait rien il dit que je dois écrire come je parle et come j’écrit les composisions dans la clase de Miss Kinnian au cour d’adultes atardé du Colege Bikman où je vait 3 fois par semène a mes heure de liberté. Le Dr Strauss dit d’écrire bocou tou ce que je panse et tou ce qui m’arive mes je peux pas pansé plus pasque j’ai plus rien a écrire et je vais marété pour ojourdui. Charlie Gordon.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Comme vous pouvez le voir l’extrait contient une multitude de fautes et c’est là tout le génie de l’auteur. Il a choisit pour nous raconter cette histoire de nous la présenter sous forme de compte-rendu – comme un journal intime – écrit de la main de Charlie Gordon, notre personnage principal. On suit donc grâce à cela son avancée et on gravit avec lui les « paliers d’intelligence » qu’il acquiert au fur et à mesure de l’expérience. On voit les fautes s’effacer et le discours se structurer. Non seulement cela rend compte de l’impact intellectuel et psychologique sur Charlie mais ces textes nous lient également au personnage. On apprécie Charlie et on s’attache à lui.
On est heureux pour lui lorsqu’il réussi à lire de mieux en mieux, à écrire correctement ainsi que lorsqu’il réalise son rêve de devenir intelligent. Et puis, on assiste médusés au triste réveil de Charlie sur le monde et ses horreurs : sur la mesquinerie de ses collègues, sur ces désillusions face à la méchanceté de l’Homme, sur la vision que les autres avaient de lui avant d’être « normal ». On le voit se lier d’amitié avec Algernon – la souris intelligente – et enfin se rendre compte que celle-ci perd ses capacités et commence à avoir des attitudes étranges. On l’accompagne alors impuissants, lorsqu’il comprend son déclin inévitable…
Une vraie critique de l’Homme et de la science ressort dans ce livre. On prend en pleine figure notre société normative et cruelle, préceptrice d’une stigmatisation permanente de l’inconnu et de la non-conformité, dans une quête de perfection perpétuelle. On voit aussi ces scientifiques sous couvert de l’avancement traiter Charlie comme un cobaye sans aucune considération de l’humain, qui ne se demande à aucun moment si Charlie n’était finalement pas plus heureux avant. Que voulez-vous cela paraît logique : comment peut-on être heureux en étant idiot, demeuré, bestiale et même non-humain ?! Un sujet philosophique émerge de ce fait dans ce bijou littéraire : L’intelligence rend-t-elle heureux ou alors – comme souvent cela a été dit – bienheureux est l’ignorant…! Vaste question.
En tout cas pour finir, je remercie Charlideslivres pour cette découverte sur son blog. Cette lecture m’a bouleversé tout du long et jusqu’aux larmes dans les 15 dernières pages. Le genre d’histoire dont on ne ressort pas indemne, j’ai pris une claque pleine d’émotions et de questionnements. Je n’oublierai jamais Charlie Gordon ni Algernon.
Les + : une histoire innovante brillamment mené et bouleversante. Au delà de la science-fiction (que finalement je ne vois que peu ici) c’est un livre humain.
Les – : certaines scènes sont difficiles et m’ont prises au cœur.

 

Concours Marque Ta Page #2

jolie ornure

Les inscriptions à ce concours s’ouvrent aujourd’hui et elles prendront fin le 28 avril à minuit !
Et voilà la deuxième édition de ce concours, je suis un peu en retard et je m’en excuse ! En tout cas, tout est en place et j’ai même des petits nouveaux à vous présenter aujourd’hui. Mais avant toute chose, je rappelle le principe et les conditions de ce concours… Depuis quelques mois, je me suis mise à faire des marque-pages pour m’amuser et plutôt que de  les voir ne pas être utilisés j’ai eu envie de mettre en place ce concours 🙂 Dans l’idée pour participer, il vous suffit de :
  • S’inscrire entre le 18 avril 2016 et le 28 avril 2016 à minuit.
  • Me laisser un petit mot d’inscription – en commentaire ou sur mon mail – avec un lien vers votre blog sans oublier de préciser le numéro du marque-page qui vous plaît.
  • Pour des raisons financières, le concours n’est ouvert qu’à la France.
  • Être membre du blog.
Le gagnant ou la gagnante sera tiré au sort et son nom sera affiché sur mon blog le 29 avril dans la journée. Celui-ci disposera de 5 jours pour me contacter à l’adresse mail : nina.soyez1605@gmail.com afin de me communiquer l’adresse à laquelle il veut recevoir son nouveau compagnon de lecture. Si le gagnant ou la gagnante ne se manifeste pas durant ce délai, je procéderais à un nouveau tirage. Sans plus attendre, voici les marque-pages mis en jeu aujourd’hui :

concours 2

Le n°1 : Rose et carré flanqué de « Bookmark » sur le ventre.
Le n°2 : Vert et fleuri.
Le n°3 : Très 1930 avec son gris et son argenté.
Le n°4 : Un œuf rose qui ravira votre journée.
Le n°5 : Girly à souhait avec ses pois et ses strass.

En attendant, je vous souhaite une belle journée à tous et je vous dit à très vite !!

geluck_chat-coeur