TAG : Mes habitudes de Lecture !

J’ai découvert ce TAG sur le blog « voyages livresques » de Chaimae et je l’ai trouvé très chouette du coup, je me lance 🙂

quote-quelle-meilleure-chose-en-effet-que-d-etre-le-soir-au-coin-du-feu-avec-un-livre-pendant-que-le-gustave-flaubert-205292

  • Est-ce que tu as un endroit préféré chez toi pour lire ?

Et bien comme le dit si bien la citation sur l’image… L’endroit que je préfère pour lire est sur mon canapé au coin du feu. Évidemment, cet endroit est destiné à l’hiver, vous vous en doutez lol. En été, je me met souvent au soleil dans la cour ou simplement sur mon canapé, mais sans le feu !
  • Marque-page ou n’importe quel morceau de papier ?

Marque-page ! C’est la photo scolaire individuelle de ma filleule – la fille de ma Best F. – la princesse à sa tata 🙂 Elle me l’a offert toute fière en début d’année, depuis elle ne me quitte plus et parcoure mes lectures avec moi. Avant, j’ai eu un très joli marque-page représentant « Le baiser » de Klimt mais il n’a pas eu assez de poids face à cette magnifique bouille !
  • Est-ce que tu peux t’arrêter de lire n’importe où dans le livre ou dois-tu attendre la fin d’un chapitre ?

J’attends toujours la fin d’un chapitre et me retrouve parfois bien embêter quand les chapitres sont longs face au dilemme : « J’en lis un autre ou bien mes yeux vont se fermer avant la fin ? » ! Cela quand il sont court, le dilemme est autre : « Oh ! Allez ! Je peux continuer le chapitre ne fait que deux pages » !! Pas toujours facile de se coucher haha 😀
  • Est-ce que tu manges ou bois quand tu lis ?

Non, je ne mange jamais en lisant, peut-être un fois où vraiment j’ai pas réussi à quitter mon livre et que j’étais seule… Par contre, j’aime beaucoup boire un thé ou un café pour accompagner ma lecture.
  • Multi-tâches : musique ou télévision en lisant ?

Télévision jamais, musique ça m’arrive. Un fond musical bien tranquille tel que Selah Sue – Ed Sheeran, ou du piano… J’adore la mélodie de cet instrument qui est très apaisant.
  • Un livre à la fois ou plusieurs ?

Toujours un à la fois !
  • Lire à la maison ou ailleurs ?

Je lis partout, dès que je peux et que l’envie est présente. Dans le train, l’été près de la Marne au soleil, à ma pause au boulot (parfois même au boulot quand le restaurant est désert)… Bref, partout !
  • Lis-tu à voix haute ou en silence dans ta tête ?

En silence dans ma tête par contre dès fois, je lis une partie à voix haute à mon chéri quand j’ai envie de partager un passage avec lui. J’adore faire ça, lui n’est pas toujours emballé mais bon, il tend quand même l’oreille pour me faire plaisir !
  • Est-ce qu’il t’arrive de sauter des pages ou même de jeter un coup d’œil plus loin dans le livre ?

Non, je saute jamais de pages, je passe parfois en lecture plus rapide si le passage m’ennuie un peu. Par contre j’ai un toc, un petit rituel perso, à chaque ouverture d’un nouveau livre, je regarde le nombre exacte de pages et je lis la toute dernière phrase du livre… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours fait ça, allez savoir, parfois il y a des choses qui ne s’explique pas !
  • Casser la tranche ou la garder intacte ?

J’essaie de faire attention au maximum, mais si elle se casse je ne prend pas la tête. Un livre doit vivre, ça fait parti du jeu.
  • Est-ce que tu écris dans tes livres ?

Un fois lu, j’y inscrit sur la première page mon prénom et le mois/année de lecture.
Voilà pour ce TAG, n’hésitez pas s’il vous tente ! Je serais curieuse de connaître vos réponses 🙂

« Le secret de Crickley Hall » de James Herbert

9782811205157


Résumé :

Crickley Hall : une vieille demeure comme on en trouve que dans les régions reculées. Lorsque Gabe et Eve Caleigh s’y installent avec leurs deux filles, ils espèrent tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille. Mais quelque chose ne va pas dans cette maison. On raconte qu’elle est hantée. Les enfants sont témoins d’étranges apparitions. Des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Et chaque matin la porte de la cave est entrouverte alors qu’on l’avait fermée la veille. Cet endroit est le dernier que les Caleigh auraient dû choisir. L’horreur qui les y attend dépasse tout ce qu’ils pouvaient imaginer.
764 pages

Extrait :

Alors qu’elle se penchait pour mettre la couette bien en place, elle perçut un mouvement à la périphérie de son champs de vision. Quelque chose de petit était passé devant la porte – plus précisément, était passé en courant devant la porte de la chambre. Elle n’avait entendu aucun bruit de pas, mais elle avait tout de même bien vu une forme confuse traverser.
Ce devait être Cally. La forme semblait faire sa taille, même si la vision avait été rapide.
– Cally ? appela Loren. C’est toi là-dehors ?
Pas de réponse.
Elle alla jusqu’à la porte ouverte et parcourut du regard le palier à balustrade qui bordait le grand hall sur deux côtés. Rien. Personne.
Si ce n’est… Loren n’était pas sûre d’avoir bien entendu. Mais le bruit se fit de nouveau entendre. On aurait dit un gémissement.
Loren sortit sur la palier et tourna les yeux vers la droite, dans la direction d’où elle epnsait que le bruit était parti. Retenant son souffle, elle écouta.
Ce bruit, encore. Un petit sanglot étouffé. Encore. Un enfant qui pleurait.

Mon avis :♥♥♥♥

Alors vous l’aurez compris, le sujet est une histoire de fantôme comme décrit dans le quatrième de couverture, même si la couverture – elle – nous parle de thriller. Certes, un rapprochement au thriller y est tenté, m’enfin, je ne vais pas aller trop vite en besogne ! Commençons par le début…
Nous suivons la famille Caleigh dans son emménagement au Manoir de Crickley Hall pour quelques mois. Presque un an plus tôt, leur fils de 6 ans a disparu et afin de ne pas passer la date « d’anniversaire » de cette disparition chez eux (au milieu de tous les souvenirs), Mr Caleigh à trouver cette location. Le but de ce déménagement étant donc, de s’écarter de leur véritable habitation… Jusque là pas de souci, le cadre est posé et j’étais assez impatiente d’avancer dans l’histoire.
Malgré la grosseur du livre, la lecture est très fluide et l’avancée se fait rapidement. On découvre alors, deux histoires en parallèles. Celle de Cam, leur fils disparu, avec la culpabilité de sa mère et les évènements survenues, ainsi que l’espoir toujours présent de le retrouver. Ceci sera très présent dans le livre, ce qui m’a laissé penser qu’il y aurait un lien avec le contenu… Et celle, évidemment, du Manoir lui-même avec ses fantômes et leurs manifestations.
L’ambiance sombre est bien palpable et ne tarde pas à arriver, j’étais tendue et un peu apeurée. Soit ! L’auteur sur ce point sait y faire. Mais au fil des pages, j’ai constaté que les apparitions étaient bateau et sans aucune originalité. On retrouve les bases même du film ou livre d’horreur basique, des bruits de pas, des pleurs, des ombres… Rien de folichon en somme. Bien trop cliché et peu approfondie à mon goût. Ces apparitions ne mènent nulle part et semblent lâchées de ci de là, en faite elles ne sont que le fil conducteur qui nous fait nous dire « Oh ! Horreur ! Cette maison est hantée !!« . Ensuite, on se dit « Mais enfin, courez ! Partez vite ! Pourquoi restez-vous ici ? » et là, encore, la raison me semble bien trop branlante pour être suffisante. J’ai même fait mentalement le rapprochement avec Scary Movie, la scène où la fille court, le tueur au trousses puis se retrouve face à 2 panneaux directionnels -MORT- ou -VIE- et qu’elle prend la direction de la mort ! Voilà, c’est ce que j’ai ressenti pendant cette lecture quasiment tout du long…
De plus, la fameuse histoire du petit garçon disparu n’apporte rien à l’histoire, aucune débouché, aucun lien. Ça aurait été pourtant la seul trace de thriller dedans mais on le survole, bien qu’on est une réponse à cette disparition, on se demande pourquoi l’auteur l’a incorporé.
En bref, selon moi, une multitude de passages ne sont pas nécessaires et rendent le roman simplement long et décevant. Tout est survoler et aucun détail n’ai vraiment important. On  débouche sur une histoire sordide et violente qui m’a laissé un goût amer. Je suis pourtant une amoureuse de ce genre, notamment de Stephen King, mais je n’ai jamais eu ce ressenti là dans les livres de King qui fignole tout, qui construit réellement un récit avec des détails qui se relient, qui s’emmêlent et qui ont un sens, qui ne fait pas de l’horreur pour l’horreur et de la violence pour la violence. Je ne pense pas me réaventurer dans un autre livre de l’auteur.
Les + : une écriture fluide et il faut quand même avouer qu’il faut pouvoir écrire autant de pages.
Les – : cliché et peu intéressant, je pense oublier vite cette lecture.

Livre lu dans le cadre du Challenge 1 pavé par mois organisé par « Des livres, des livres »

challenge-un-pave-par-mois

Merci à Bianca pour ce challenge !

 

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #8

c'est lundi que lisez vous 2

Et voici l’heure, tardive soit, du RDV initié par Mallou et repris par Galleane. Je dis tardive car depuis 2 ou 3 semaines, je n’arrive pas à réaliser cet article avant la fin de soirée ! :/
Le principe est simple et agréable, chaque lundi il faut répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
La semaine passée et je dirais même jusqu’à hier après-midi, j’étais dans la lecture agréable certes mais peu originale d’un thriller/horreur qui m’a assez déçue. La chronique viendra certainement demain et je vous expliquerais plus en détail le pourquoi du comment de cette déception !
« Le secret de Crickley Hall » de James Herbert

9782811205157

J’ai lu ce roman dans le cadre du challenge 1 pavé par mois, pile dans le thème avec ces 764 pages. C’est la couverture qui m’a attiré en premier puis l’histoire qui avait l’air chouette, moi qui suis fan de thriller et d’horreur c’était top, surtout que le roman est un best-seller. Mais résultat, j’ai trainé ce livre toute la semaine et j’ai été très déçue du manque d’originalité de l’histoire. Bref, je m’étalerais plus dans l’article qui lui sera dédié !
Du coup, je me suis de suite mis dans un autre livre, histoire de pallier à cette frustration ! D’un genre tout autre et bien plus concret, il traine dans ma PAL depuis en moment malgré l’envie de l’en sortir… C’est chose faite 🙂
« Réparer les vivants » de Maylis de Kerangal

81njyeucqol

L’histoire parle du don d’organes et plus particulièrement d’une transplantation cardiaque… N’étant qu’au début, je ne peux pas m’étaler beaucoup mais j’ai bien accroché avec l’écriture de l’auteur et je suis assez pressée de découvrir la suite.
Ensuite, je vais lire le très attendu et enfin en possession…
« Les Outrepasseurs -Tome 1 » de Cindy van Wilder

Les-outrepasseurs-01

Et vous, Que Lisez-vous ?

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #7

c'est lundi que lisez vous 2

Et voici notre RDV « chouchou » du Lundi initié par Mallou et repris par Galleane!
Le principe est simple et agréable, chaque lundi il faut répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
La semaine passée j’ai fini le livre-enquête sur Jack l’Éventreur qui m’a transporté et époustouflé ! Après une semaine chargée au boulot, j’ai enfin pu me consacrer à la suite de cette lecture que j’avais dû un peu mettre de côté à mon grand mécontentement. Ensuite, j’ai lu un court roman de Eric-Emmanuel Schmitt faisant parti du « Cycle de l’Invisible » consacré aux religions.
« Retour à Whitechapel » de Michel Moatti et « L’enfant de Noé » de Eric-Emmanuel Schmitt

 

Comme je le disais, Retour à Whitechapel est un livre poignant et rempli de recherches qui nous embarque avec lui dans le « Londres de 1888 ». L’auteur n’a pas lésiné sur les recherches et les informations. A lire absolument si l’histoire de Jack l’Éventreur vous intrigue car ce roman est une pointure dans le genre. L’enfant de Noé traite du judaïsme pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est récit de solidarité, de courage, d’amitié et d’espoir. Encore une réflexion sur la religion et une incitation à la tolérance qui sont les thèmes clés du « Cycle de l’Invisible » crée par E.E. Schmitt. Le livre est beau et émouvant, je vous le conseille également. J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge Mystère 2016 initié par Frogzine.
Je suis actuellement en train de lire un thriller/horreur d’un auteur que je ne connaissais pas et que je suis pour le moment très contente de découvrir même si parfois on est un peu dans le cliché, cela reste une agréable lecture.
« Le secret de Crickley Hall » de James Herbert

9782811205157

Ce pavé de 762 pages avec une écriture et des pages très fines m’a un peu impressionné au début mais au final, l’histoire coule toute seule et se lit très facilement. On suit un couple et leurs deux enfants qui arrivent dans le manoir austère de Crickley Hall. On comprend très vite qu’il ne sont pas seuls et que les fantômes d’une tragique histoire, vieille de plusieurs années, rôdent autour d’eux. Je fais cette lecture dans le cadre du challenge 1 pavé par mois organisé par Bianca du blog Des livres, des livres.
Pour la suite, je vais lire un des romans de ma PAL qui m’attend depuis plusieurs mois, bien plus terre à terre dont le thème est la transplantation cardiaque.
« Réparer les vivants » de Maylis de Kerangal

81njyeucqol

Voilà pour cette semaine 🙂 Et vous, que lisez-vous ?

« L’enfant de Noé » de Eric-Emmanuel Schmitt

lenfant-de-noc3a9


Résumé / Extrait :

« Nous allons conclure un marché, veux-tu?
Toi, Joseph, tu feras semblant d’être chrétien, et moi je ferais semblant d’être juif. Ce sera notre secret, le plus grand des secrets. Toi et moi pourrions mourir de trahir ce secret. Juré ?
– Juré »
1942. Joseph a sept ans. Séparé de sa famille, il est recueilli par le père Pons, un homme simple et juste, qui ne se contente pas de sauver des vies. Mais que tente-t-il de préserver, tel Noé, dans ce monde menacé par un déluge de violence ?

Mon avis : ♥♥♥♥♥

J’ai décidé de ne pas mettre plus d’extrait que celui contenu dans le quatrième de couverture, le livre étant court (120 pages) je préfère ne pas tout dévoiler. C’est encore une leçon de vie dans les lignes de ce roman que Eric-Emmanuel Schmitt nous offre de la délicatesse de sa plume.
On suit l’histoire de Joseph, enfant juif pendant la Seconde Guerre mondiale, qui est recueilli et caché par le Père Pons. Il va y découvrir l’amour, l’amitié, sa religion ainsi que celle de son bienfaiteur. C’est un roman empreint de solidarité, de bienveillance et de courage avec toujours cette dualité de tristesse profonde rempli d’espoir que E. E. Schmitt manie à la perfection. Le texte est poignant et le thème encore une fois sensible et tragique.
Le livre est très court comme je le disais et on a vraiment pas envie de le lâcher, on espère avec cet enfant qu’il survive et qu’il retrouve sa famille. Je dois même dire que j’ai ressenti un goût de trop peu, même si pourtant tout était dit. A la fin, je me suis retrouver perplexe et pensive, le livre dans les mains et un sourire aux lèvres, revivant l’histoire dans la mélancolie de l’avoir déjà finie.
C’est un très bel hommage à la religion juive et aux pauvres victimes de cette terrible guerre, avec parfois un franc-parlé et des vérités nécessaires. On note aussi une belle liaison dans le titre qui sont toujours bien réfléchis et subtils, ici il nous renvoi à l’histoire de l’arche de Noé. Le côté religieux et solidaire de cette histoire biblique, nous dépeint bien les idées principales du roman.
Encore un E.E. Schmitt époustouflant !
Les + : Un texte beau et subtil dans un contexte historique poignant. Une leçon de vie et de courage.
Les – : Livre très très court…

Livre lu dans le cadre du challenge Mystère 2016 initié par Frogzine

1239922_orig

« Retour à Whitechapel » de Michel Moatti

retour à whitechapel


Résumé :

Automne 1941, Amilia Pritlowe est infirmière au London Hospital et tente de survivre aux bombardements de l’armée allemande. Lorsqu’elle reçoit la lettre posthume de son père, elle n’imagine pas qu’elle va devoir affronter un cataclysme personnel tout aussi dévastateur. Sa mère n’est pas morte d’une maladie pulmonaire comme elle l’a toujours cru. Sa mère, Mary Jane Kelly, a été la dernière victime de Jack l’Éventreur. Elle avait deux ans.
Mue par une incommensurable soif de vengeance, l’infirmière va se lancer dans une traque acharnée. Elle intègre anonymement la société savante d’experts « ripperologues », la Filebox Society, et va reprendre l’enquête depuis le début, étudiant et répertoriant tous les éléments qui ont touché de près ou de loin chacune des victimes de Jack l’Eventreur. Plongeant ainsi dans les bas-fonds de l4east End victorien, revivant le calvaire de ces femmes qui vendaient leur âme et leur corps pour quelues heures de sommeil, elle va reconstituer les dernières semaines de la vie de sa mère, suivre toutes les pistes et accepter tous les sacrifices pour retrouver celui qui reste encore aujourd’hui une énigme.

Extrait :

Je vais essayer d’être précise et complète. Je suis quelqu’un qui cherche un chemin perdu, et il faut de la patience et de l’ordre. Je m’appelle Mary Amelia Pritlowe, je suis née en 1886, à Londres, dans la paroisse de Whitechapel. J’ai appris tout récemment que j’étais la fille de Mary Kelly. Mary Jeanette Kelly, come disaient les gens de son quartier et sond ernier compagnon, Joe Barnett, en insistant sur sa coquetterie à en exiger la prononciation française. Quand mon père, Robert John Pritlowe, est mort, il m’a laissé une lettre qui expliquait qui j’étais.

Mon avis : ♥♥♥♥♥

Pour commencer, je vais remercier topobiblioteca pour m’avoir fait découvrir ce livre que j’ai adoré ! On est tout de suite plongé au cœur des événements, pas de chichi et de blabla inutile, Michel Moatti nous immerge directement. On fait donc la connaissance brève de notre héroïne, Mary Amelia Pritlowe, et de sa découverte familiale puis aussitôt on part en enquête avec elle. Mais je dois quand même vous prévenir, âme sensible y réfléchir… Les meurtres sont brutaux et inhumains.
Le texte se déroule sous forme d’un journal que Mrs Pritlowe tient pour suivre son enquête. J’avais peur que l’auteur tombe dans le trop subjectif du journal et parfois rasoir où l’on a qu’un son de cloche mais cette décision apporte une vrai atmosphère nécessaire au livre. Une intimité qui nous fait trépigner et bouillir avec elle à chaque pas et du coup, je n’imagine même pas le livre sous une autre forme de texte. De plus, ses écrits sont agrémentés de jury d’enquête, de coupures de journaux et de flash-back des nuits des crimes. Un mélange saisissant qui nous transporte.
Qui nous transporte dans l’enquête mais également dans deux périodes historiques, celle de Jack l’Éventreur – le « Londres de 1888 », avec des descriptions incroyablement réaliste, on s’y croit, on vit et marche dans le quotidien de ces femmes. Le cadre, la vie dans ces années, les habits, les odeurs, les dialogues, rien n’est laissé au hasard. Mais aussi, dans celle de Mrs Pritlowe, Londres sous les bombardements allemand en pleine Seconde Guerre mondiale. L’atmosphère est elle aussi très bien posée même si évidemment elle est moins approfondie car pas le sujet principal. Le voyage est brillant et témoignent des recherches faites par l’auteur.
En effet, les recherches de Michel Moatti sont à saluer. On sent l’investissement et l’envie de mener l’enquête que ce soit historiquement ou sur l’affaire elle-même. Il signe donc un livre bourré d’informations, sacrément bien écrit, intelligemment mené avec une hypothèse plus que probable. De tous les livres que j’ai pu lire sur le sujet, c’est celui qui m’a le plus emporté avec lui. J’ai d’ailleurs eu la chance d’avoir un petit carnet d’enquête avec le roman (je ne sais pas si il est présent dans toutes les éditions) qui est superbe, court mais intense avec des photos d’archives que l’auteur a pu avoir en main et autres photos du quartier. On suit grâce à ce carnet son avancée et j’ai trouvé très chouette de nous en faire profiter. Pour conclure, vous vous en doutez je vous le recommande, et encore plus si le sujet vous intéresse !
Les + : une nouvelle manière d’aborder le thème de Jack l’Éventreur et de mener l’enquête qui change un peu de tous les autres livres du genre (du moins ceux que j’ai lu)
Les – : les différents articles alliés au suivi du journal de Mrs Pritlowe peuvent parfois sembler pêle-mêle.

C’est Lundi, Que Lisez-vous ? #6

c'est lundi que lisez vous 2
Nous voilà déjà Lundi ! Que le temps passe vite c’est incroyable ! Pour commencer, je rappelle le principe de ce RDV du Lundi initié par Mallou et repris par  Galleane.
C’est simple et agréable, chaque lundi il faut répondre à ces trois questions :
  • Qu’ai-je lu la semaine passée?
  • Que vais-je lire ensuite?
  • Que suis-je en train de lire en ce moment?
Ayant eu une semaine très très chargée professionnellement avec le reprise et la nouvelle année qui débute, je n’ai pas pu me consacrer énormément à la lecture… Du coup, je suis toujours dans la poignante enquête de Jack l’Éventreur.
« Retour à Whitechapel » de Michel Moatti

retour à whitechapel

Un super rythme je le conseille vivement aux personnes qui aiment les enquêtes sur ce tueur sanguinaire. De plus, il attire et amène à se renseigner, à faire des recherches complémentaires sur la toile. Une vrai plongée dans le « Londres de 1888 » ! Je pense le finir d’ici peu, le pro étant maintenant plus calme 🙂
Suite à ce livre, je reste sur le roman annoncé la semaine dernière de Eric-Emmanuel Schmitt.
« L’enfant de Noé » de E.E. Schmitt

lenfant-de-noc3a9